Des Mourides dénoncent une fraude lors du référendum…100 bureaux de vote ont été supprimés à Touba

TOUBA pointe une fraude électronique sur fond de rétention systématique de cartes et de suppression mécanique des bureaux de vote !

L’union des association religieuse pour Le (NON) à TOUBA,  se félicite de la grande victoire du NON, qui fait un carton partout dans les zones d’influence mouride  c’est-à-dire le  «TOUBA intra- muros  et extra-muros. ( TOUBA, Darou Muhti, Darou Salam Darou Marnaan Diourbel) malgré l’hold-up et  la fraude mécanique de grande échelle.

L’union des associations Mbacké-Mbacké  du front du (NON), dénonce vigoureusement les mécanisme de fraude électronique à grande échelle sur fond de rétention systématique de plus 200 000 cartes d’électeurs. Et considèrent que les élections sont entachées d’innombrables irrégularités  comme le  transfèrement  non-avenu dès bureaux  de votes entre autre la suppression de plus 100 bureau de vote à TOUBA,en empêchant ainsi plus de 40 000 électeurs du (NON) de s’exprimer et de faire valoir de leur droit du citoyen.

Et Vu que,  les cafouillage et irrégularités du référendum sont légion  (allant des rétention mécanique de cartes d’électeurs jusqu’à la suppression  systématique dès bureaux de vote  à TOUBA ) ont dépassé largement le seuil du «raisonnable ».

 L’union des associations Mbacke-Mbackés et organisation religieuse pour le triomphe du (NON) à TOUBA, déplore  conséquemment l’ostracisme du ministre de l’intérieur et l’holdup électorale caractérisée. 

En conséquence l’union ne reconnaît pas la régularité des élections et demande le limogeage pur et simple du ministre de l’intérieur, afin que la  même machine de fraude ne soit rééditer dans les prochaines législatives.

Par ailleurs, L’union des  Mbacké-Mbacké et organisations religieuses condamne avec la dernière énergie les « incartades diplomatiques » du «cavalier moustachu» et  le pétri de la « réalité biologique  » qu’est Jean-Felix PAGANON, qui continue de  froisser les susceptibilités des sénégalais, par ses «regards condescendant» à la politique «de paillasson sociale » que mène les autorités sénégalais, pour réinventer la gouvernance de la « post-démocratie » au Sénégal.

L’union constate avec amertume, que cet harcèlement de la France  contre le peuple sénégalais, obéit à la logique  de faire du Sénégal un «glacis politique » et une zone d’influence  exclusive.

L’union se désole de voir que MACKY SALL, refuse toujours de décrypter le signal que lui a envoyé la population de TOUBA, depuis les fameux bulletins blancs.

Serigne Fallou Dieng

Cercle des intellectuels soufis