Déclaration du Secrétaire Général de la Francophonie après la sanglante prise d’otages de Bamako

Déclaration à la presse

Secrétaire générale de la Francophonie, Madame Michaëlle Jean

Attaque terroriste contre l’Hôtel Radisson de Bamako

Paris, le 20 novembre 2015.

Comme vous savez, une attaque terroriste est survenue ce vendredi au lever du jour à l’Hôtel Radisson de Bamako, au Mali. Nos pensées sont avec les victimes, les blessés, dont le bilan définitif est attendu.

Nos sympathies vont à leurs familles, leurs proches et leurs amis.

Plusieurs personnels de l’Organisation internationale de la Francophonie, des membres de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie et de l’Université Senghor, une autre importante institution de la Francophonie, étaient présents dans cet hôtel.

Tous étaient là pour le Forum francophone sur la diversité des expressions culturelles que nous allions ouvrir dans deux jours, ils étaient là aussi pour un séminaire de renforcement des capacités des fonctionnaires parlementaires maliens, et de la gouvernance, l’un de nos programmes importants surtout dans le cadre de la reconstruction du Mali.

Je devais arriver demain avec le reste de mon équipe, pour y participer et pour une série d’importantes rencontres avec les autorités et les forces vives du pays, sachant que l’OIF accompagne la mise en œuvre de l’accord de paix à la demande du Mali et à l’invitation du Président Ibrahim Boubacar Keïta.

Ce fut une très dure journée. Nous l’avons vécue en mobilisant d’ici une cellule de crise. Je tiens à saluer le travail de nos officiers de sécurité qui, du Mali et d’ici, ont été les premiers à donner l’alerte.

Nous ne sortons pas indemnes de cette attaque et c’est avec une profonde tristesse que je déplore le décès d’un de nos experts francophones, Geoffrey Alain DIEUDONNÉ, fonctionnaire au Parlement de la Fédération Wallonie Bruxelles en Belgique, qui a trouvé la mort au cours de cette prise d’otages. Nous sommes dévastés. Nous saluons son courage, sa force de conviction, sa détermination. Nos condoléances vont à sa famille et à toute l’équipe de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie.

Nous l’avons appris alors que nous étions réunis en cellule de crise, ici même à l’Organisation internationale de la Francophonie. Nous étions et sommes restés en contact direct avec nos équipes retenues au Radisson, afin de coordonner les opérations de sécurisation, dans les circonstances gravissimes que vous savez et jusqu’à leur libération.

Nous coordonnons actuellement leur rapatriement.

Je tiens à condamner cette nouvelle attaque terroriste, cette stratégie de terreur, ces agressions haineuses contre les libertés, contre l’État de droit, contre la paix, contre la stabilité, ce fléau et cette menace constante, qui afflige le monde. La Francophonie peut en témoigner : la France la semaine dernière, le Liban la veille, la Tunisie, Le Tchad, le Cameroun, le Niger, le Canada, la Belgique, la liste est longue, malheureusement. Et les responsables peu importe leur dénomination sont un même front et usent des mêmes méthodes et poursuivent le même but.

Par ailleurs, je tiens à rendre hommage aux forces de l’ordre maliennes, qui ont fait preuve de rapidité et de courage. Je tiens également à rendre hommage aux forces françaises, américaines et onusiennes pour leur soutien et leur aide dans le cadre de cette opération.

Ces attaques touchent au cœur des femmes et des hommes, de tous les horizons, de toutes les nationalités.

La Francophonie continuera à se mobiliser pour lutter contre le terrorisme international, et à demeurer solidaire avec les autorités et les peuples touchés par cette abomination. Que le peuple malien soit assuré de notre plein et indéfectible soutien.
Il nous faut agir ainsi tous ensemble et faire front dans ce combat.
Merci.

Michaëlle Jean