Contribution sur l’implication des confréries religieuses a la politique au Sénégal

Depuis la période coloniale jusqu’à nos jours, les confréries religieuses au Sénégal sont intimement impliquées à l’évolution de la politique.
CHEIKH AHMADOU BAMBA le fondateur du mouridisme avait soutenu Blaise DIAGNE qui fut le premier député noir de l’AOF. Ce dernier, malgré son fin de règne controversé, a beaucoup contribué à l’approfondissement des droits et libertés du peuple noir dans les colonies (voire archives)
Mouhamadou Moustapha MBACKE premier khalife des mourides, après la disparition de son vénéré père, en compagnie de Cheikh Anta GAWANE (frère cadet de Cheikh Ahmadou BAMBA), avaient soutenu Ngalandou DIOUF qui fut élu député en 1934. Il faut rappeler même que c’est Cheikh Anta GAWANE en personne qui avait donné la caution financière au candidat Ngalamdou DIOUF.
Serigne Fallou Mbacke le deuxieme khalife general des mourides et Serigne Babacar SY le khalife des tijdianes de tivaoune avaient soutenu L.S. SENGHOR, tandis que Gainde Fatma et Baye NIASSE de Kaolack ont soutenu Lamine GUEYE.
Pour ce qui concerne Cheikh Abdoul Ahat MBACKE le troisième Khalife General des mourides, on se rappelle son soutient a Abdou DIOUF avec même des ndiguel de consignes de vote. Serigne Saliou Mbacke le cinquième khalife général des mouride n’a jamais caché sa sympathie pour WADE et tout son soutien. Abdou DIOUF ancien président de la république dans ses écrits a révélé que sa chute en grande partie est due à Serigne Saliou.
Donc au Sénégal les chefs religieux n’ont jamais été indifférents à la politique. On se rappelle la fameuse phrase de Gainde Fatma « si vous n’occupez pas l’espace politique ; de simples vaux rien vont l’investir ». La situation du Sénégal actuel est inédite dans l’histoire politique du pays c’est-à-dire, le pouvoir de Macky n’est pas dans les bonnes grâces de la grande masse mouride : pour avoir une preuve palpable on peut interroger les dernières élections locales : tous les grands centres mourides jusque dans la propre commune du khalife Mbacke Cadior, ont sanctionné négativement les liste APR. Ceci, malgré les manœuvres du pouvoir qui ont investi deux fils du khalife a la tête des listes électorales de l’APR de Mbacke Cadior.
Tout le monde se rappelle de la proximité de Abdoulaye WADE avec Abdoul Aziz SY Junior porte-parole de la famille de tivaoune et Cheikh tidiane SY khalife général de tivaouane ce dernier a eu même à donner des ndiguel de vote en faveur de Wade. Le pouvoir actuel composé d’anciens éléments de l’extrême gauche recyclés, a posé des actes qui ont créé des fractures entre eux et les différents Chefs religieux. Ce qui justifie la stratégie du pouvoir qui consiste à tenter de neutraliser le khalife général des mourides par le biais de ses « beuk nek ».
La suite de la présente réflexion a publié ulterieument.
MADEMBA CISSE

1 Comment

  1. La classe religieuse doit participer à la gestion de l’Etat. C’est ce qui est normal et bien mieux pour changer les choses. Car les religieux savent réussir des choses que nos dirigeants toubabs noirs ne savent pas faire.

Les commentaires sont fermés.