(contribution) Cher Jeunes, construisez la paix!

Construire la paix, c’est envisager un futur paisible, c’est penser un meilleure vivre ensemble pour notre communauté, c’est lancer des processus qui abordent les sources de conflit. Construire la paix c’est aussi savoir analyser les griefs du passé et mettre en œuvre des actions pour plus de stabilité et de justice. Construire la paix c’est avoir le désir de connaître, de savoir, c’est la garantie d’un esprit qui creuse les sujets qui montre de l’intérêt, qui donc progresse par lui-même en informant par la qualité et par la vérité.

Peut-on construire l’avenir de notre nation en ignorant notre jeunesse ? Ma modestecontribution d’aujourd’hui tourne autour du rôle de cette jeunesse dans le travail de paix, des obstacles, des multiples défis et des potentialités qui sont à notre portée. Les jeunes se retrouvent très souvent au centre des conflits, soit comme acteurs désespérés de violence, soit comme faire-valoir de tel ou tel manipulateur avide de pouvoir. L’écrasante majorité de ces gens qui nous gouvernent ne semblent ni reconnaître le bien ou lemal ni s’en soucier. Parce que si l’on ne sait pas comment penser rationnellement, sainement, avec un « insight » profond, ainsi qu’avec la raison, notre pensée ne nous mènera pas très loin.C’est pourquoi nous devons d’abord connaître tout le processus du raisonnement qui conduit à la construction d’indicateurs et de mode opératoire pour créer et installer les bases de développement humains et des facteurs irréversibles de la paix. On ne peut pas juste sauter cette étape et dire que ce n’est pas important. Les connaissances sont nécessaires au niveau fonctionnel comme moyen de cultiver l’esprit, mais non en tant que fin en elles-mêmes. Nous vivons dans un contexte qui promeut la violence. Les inégalités dans la société, la pauvreté, les discriminations, l’exclusion, le chantage, les insultes, les invectives, la peur et l’hostilité vis à vis de certains groupes sont des facteurs qui menacent la paix.

Notre devoir d’hommes politiques sincères et engagés doit être de permettre à tous les jeunesde s’engager dans une société diverse, connectée et inclusive. Nous estimons que nos familles diverses et inclusives sont le fondement de notre pays SENEGAL DE LA TERANGA et que ces valeurs sont le terreau dans lequel nous encourageons une démocratie solide et équitable à grandir et prospérer. Les principaux chemins pour y parvenir sont l’éducation dans l’apprentissage des sciences, des techniques et de la philosophie dans ce que nous sommes, ce que nous représentons et ce que nous voulons faire dans nos établissements scolaires, dans nos universités, nos centres de formation, mais aussi les politiques dépourvues de démagogie qui visent la promotion de l’égalité des chances, la compréhension interculturelle et l’inclusion sociale pour tous.Aujourd’hui, dans notre pays, les inégalités sociales, les crises dans nos valeurs de famille, les effets conjugués des échecs des politiques de développement économique et social depuis les indépendances et de la mondialisation créent une forme de stress et des tensions dans certaines franges de nos sociétés. Il m’est bien sûr difficile de parler de la méthode des autres. Je ne pourrais parler dans cetarticle que de ce que j’ai vu durant mon court séjour en Chine et du développement personnel des travailleurs tel que je l’ai vu, tel que j’ai pu le pratiquer et tel que je l’ai vécu durant ces quelques semaines.

J’ai vu des choses et des réalisations concrètes et j’ai eu l’intime conviction que des transformations importantes pour notre pays et notre monde étaient tout à fait à notre portée. Il faut que ceux qui nous gouvernent réclament et exigent de la transparence pour tout le monde et arrêtent de pratiquer l’opacité pour des privilégiés. Il fallait juste un courage politique de nos dirigeants à ouvrir les yeux sur le reste du monde et à avoir de l’amour pour leur pays et leur peuple. Les puissances occidentales nous ont trop endormis, ils nous ont assez diverti et trompé, ils nous ont assez spolié. Il est plus que temps d’avoir de la volonté de construire plus facilement, grâce à la pratique par l’exemple de ce peuple admirable et travailleur et à abandonner sans attendre des modes de fonctionnement invalidants. J’étais fasciné par la capacité de ces jeunes asiatiques qui, avec une formation adéquate ont eu la capacité de changer intérieurement.et de conduire les grands chantiers de leur pays. Ces jeunes sont partout pour assurer avec professionnalisme dans les gares, les places publiques, les métros, les aéroports, dans l’administration centrale et les gros ouvrages. Ils assurent partout les multitudes services divers et variés. Ils assurent le boulot dans les grands cabinets et les centres d’orientation scientifique et technologique. Ils sont visibles partout avec la même ardeur et le même enthousiasme. Cette volonté manifeste de construire et de prouver qu’ils sont les meilleurs. Ce travail doit être l’affaire des jeunes, c’est à eux de bénéficier de bonnes formations en phase avec nos besoins bien réfléchi et bien planifiés en ressources avec des statistiques bien élaborées. Ce travail leur incombe car c’est bien leur propre avenir qui est en jeu. Ce n’est pas très honorable de voir des vieux au troisième âge continuer à travailler à la place des plus jeunes qui font la grasse matinée et à leur réveil ils investissent les salles de jeu et de musculation. Xalé mo wara liguèye

C’est aux jeunes de prendre la relève et d’occuper l’espace de travail et de réalisation. Leur esprit, lorsqu’on l’entraîne, est incroyablement malléable. Cela rend déjà en soi leur vie bien plus passionnante au lieu de les divertir dans les fêtes, des séances de LAMB, les conducteurs de motos djakarta des vacances citoyennes insensées et autres divertissements absurdes. Et que dire de ces multiples entreprises qui s’appuient sur une histoire séculaire, sur un fondateur charismatique et bienfaiteur de ses contemporains, et dont la seule et unique volonté n’est finalement que le bonheur de leurs concitoyens. C’est peut-être par-là que nos dirigeant devrait commencer à s’inspirer et à concentrer leurs initiatives avant de se lancer à corps perdu dans l’acquisition de biens ou même d’expériences diverses ; cela donne une base solide pour construire et édifier le reste. Avant de traverser la tempête, l’arbre doit s’enraciner profondément dans le sol ; ce n’est pas lorsque la tempête arrive qu’il peut le faire. Peu de gens se préparent vraiment à leur vie future et ils se sentent complètement déstabilisés lorsque les coups durs arrivent. Si chacun prenait le temps de comprendre qui il est, comment fonctionne son propre esprit, il serait bien plus armé pour faire face aux conditions adverses ; mais surtout, il posséderait les clefs de son propre accomplissement et forcément de son bonheur.

Que dieu nous protège et bénisse notre cher SENEGAL REEWOU TERANGA

BARA LO

Conseiller Municipal MAIRIE LOUGA