Cette dame va tuer le Tourisme Sénégalais : la ministre Maimouna Ndoye Seck encore «absente» du Salon de Madrid 2016

Face aux membres du Conseil économique, social et environnemental (Cese), en novembre 2015, le ministre du Tourisme et des Transports aériens soutenait à haute et intelligible voix que «le Sénégal compte accueillir trois millions de touristes en 2025, avec l’ambition de figurer dans le top 5 des destinations africaines les plus prisées d’Afrique». Avant d’indiquer que le Sénégal s’est fixé des objectifs intermédiaires, consistant à accueillir 1 million 500.000 touristes en 2016 et deux millions en 2018. Un objectif certes réalisable mais pas sous le magistère du ministre Maïmouna Ndoye Seck.
Pour cause, le 04 octobre 2015, l’actuel ministre du Tourisme avait boycottée le Salon professionnel du tourisme et des voyages de Paris 2015, plus connu sous le nom de Top Resa 2015, pour des broutilles. La raison : L’Agence sénégalaise de promotion touristique (Aspt), totalement dépourvue de moyens, a signifié à Maimouna Ndoye Seck qu’elle ne pouvait pas lui payer le billet. Et, lorsque l’Aéroport international Blaise Diagne (Aidb) s’est engagé à financer le voyage de la tutelle, le ministre a catégoriquement refusé. En ignorant que c’est durant ces rencontres internationales que les pays de tourisme font de grosses affaires.
Si nous reparlons de cette absence, c’est que celle qui a en charge la politique touristique du Sénégal a encore récidivé. Selon nos interlocuteurs, Maïmouna Ndoye Seck n’a pas pris part à la Foire Internationale du Tourisme de Madrid (Fitur 2016), qui s’est déroulée en Espagne du 20 au 24 janvier 2016. Mieux, en marge de cette rencontre, s’est tenu le VII Forum Touristique sur les Investissements et les Opportunités d’Affaires en Afrique (Investour 2016), le jeudi 21 janvier 2016. Ce qui fait de Fitur, un rendez-vous incontournable pour le secteur touristique international, un cadre idéal pour découvrir les principales nouveautés et tendances du secteur, ainsi que pour nouer des liens et multiplier les contacts. A preuve, le Maroc, qui déplace une très forte délégation à l’occasion des Salons touristiques, a décroché deux prix d’excellence : La Société Marocaine d’Ingénierie Touristique (Smit) primée « Meilleur Stratégie pour le Développement du Tourisme Créatif au Monde» et le Prix Tourisme Actif décerné à la kasbah Dar Daïf à Ouarzazate et l’Agence Désert et Montagne.
Quant au Sénégal qui est certes représenté par l’Aspit, l’Aidb, les Ads etc., il ne fait que de la figuration – sur le moteur de recherche google, le Sénégal n’apparait nulle part sur cette Foire de Madrid 2016 – face à des pays comme le Maroc, le Cap Vert, la Côte d’Ivoire, entre autres, qui sont représentés au plus haut sommet. C’est dire qu’avec l’actuel ministre, le tourisme sénégalais, déjà agonisant, va inéluctablement rendre l’âme. Manque véritable politique touristique, de management, d’offres touristiques concurrentielles, cherté de la destination et des réceptifs hôteliers, tels sont, entre autres, les maux et malheurs du tourisme sénégalais qui ne pèsera pas sur la balance du Plan Sénégal émergent (Pse).
dakar7.com