Cameroun: Près de 20 éléphants abattus dans les parcs nationaux

C’est le triste bilan dressé par la délégation départementale de la Boumba et Ngoko du Ministère des Forêts et de la Faune.
Près de 20 éléphants ont été abattus par des braconniers dans les parcs de la Boumba et Ngoko en 2015. Selon le bilan dressé par le délégué départemental du Ministère des Forêts et de la Faune (MINFOF), une dizaine de pachydermes ont été abattus dans l’unité forestière d’aménagement (UFA) 10.015 au mois de novembre 2015. Quatre autres éléphants ont été abattus récemment à Libongo, à la frontière entre le Cameroun et la République Centrafricaine, relate cameroon-info.net
Plusieurs missions coups de poings organisés par le MINFOF avec l’appui logistique du WWF (Fonds mondial pour la nature), ont permis de dérouter les braconniers, apprend-on dans les colonnes du quotidien Mutations en kiosque lundi 21 décembre 2015. D’après Nicolas Tamaffo Nguela, par ailleurs conservateur de l’unité technique opérationnelle Sud-Est, «près de 158 pointes d’ivoire, 879,5kg de viande, des peaux de panthères, 56 armes à feu, 06 AK47, 110 carabines, 14 armes de fabrication locale, 2973 munitions de tous calibres, 4159 brins de câbles, 69 rouleaux de câbles et 14 kalachnikovs 12 ont été saisis et 67 campements des braconniers détruits. De même, 71 suspects ont été interpellés et 23 procédures judiciaires sont engagées», lit-on.
Le phénomène de braconnage est tellement incisif qu’en mai 2015, la Banque Africaine de Développement a décidé d’investir 3 milliards de F CFA dans la sécurisation des éléphants au Cameroun, en RCA et au Tchad. Un atelier organisé par les experts de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) et de la Banque Africaine de Développement (BAD) autour du projet de conservation de la biodiversité et de sauvegarde des éléphants d’Afrique Centrale, avait d’ailleurs eu lieu, en vue d’examiner les actions à mettre en œuvre en vue de combattre la criminalité faunique de plus en plus omniprésente dans les forêts de la sous-région.
En mars 2012, le Cameroun a enregistré la plus grande tuerie dans la sous-région CEMAC avec le nombre record de 400 éléphants massacrés [500 éléphants d’après le témoignage du responsable de l’unique campement touristique de Boubandjida interrogé par l’AFP le 18 mars 2012, Ndlr] dans le parc national de Boubandjida dans le département du Maro Rey, région de l’Extrême-Nord par des braconniers venus du Soudan à cheval en passant par la RCA et le Tchad.