Bignona : Rentrée des classes à plusieurs vitesses

La volonté du gouvernement et ses démembrements au niveau déconcentré est de faire démarrer les cours dans toutes les écoles le 5 Octobre, date retenue pour la rentrée des classes. Seulement, la matérialisation du concept « ubi tey Diang tey » implique la mutualisation de des efforts de plusieurs acteurs. L’état d’abord, les collectivités locales, les communautés, les enseignants, les élèves entre autres. Dans le sud du pays, la réalité sur le terrain est différente de celle de Dakar et cela joue considérablement sur le démarrage effectif des cours. Mais ici aussi, les situations diffèrent d’une localité à une autre en fonction des locaux, du dynamisme des acteurs. Il faut signaler que ce ne sont pas les enseignants qui ont fait défaut, ils étaient tous ou presque là et pourtant, les cours n’ont pas démarré dans certains établissements du département. Cependant, des efforts ont été faits dans d’autres écoles où, effectivement, les cours ont commencé le 5 Octobre. C’est le cas au CEM de Tenghori Transgambienne, au CEM Arfang Bessire Sonko, à l’école élémentaire Faye Coly, Amidou Dagnil Coly, Joseph Kouladji Sagna, Tobor 1, pour ne citer que celles-là. Ailleurs, les cours n’ont pas pu démarrer pour des raisons diverses et variées ; classes non nettoyées, écoles non désherbées, établissement en chantier ou tout simplement élèves absents. Malgré les efforts consentis par les inspecteurs presque depuis plus d’un mois pour que la rentrée soit effective, il y a encore des poches où rien ne peut encore se faire notamment les écoles en construction comme par exemple l’école de Tobor 2 où sur les 6 classes, 5 sont en construction et la 6ème sert de magasin. Plusieurs classes construites en banco se sont effondrées pendant l’hivernage. Les abris provisoires en huttes ne sont pas encore confectionnés car il pleut encore au sud ou par pure négligence des communautés. Lors de leur traditionnelle tournée de rentrée, le Préfet de Bignona et les IEF de Bignona 1 et 2 ont constaté sur place tous ces manquements qui empêchent le démarrage effectif des cours. Sur la question, l’inspecteur Laurent Faye a été ferme et intransigeant, il faut que les cours démarrent tout de suite. Il s’est alors adressé directement aux acteurs, chacun, en fonction de ses responsabilités. Il a promis de retourner sur le terrain ce Jeudi pour vérifier l’effectivité des engagements pris la veille par les acteurs et par la même occasion, s’assurer du démarrage des cours dans tous les établissements.

 

L.BADIANE pour xibaaru.com