Bignona : Le projet « Terre et Paix » bientôt dans la seconde phase

Pour contribuer à la cohésion sociale et à la résilience dans la prévention des conflits, l’ONG COSPE (Coopération pour le développement des pays émergents) desa mis en place un projet dénommé « terre et paix ». Ce projet qui intervient dans 3 pays ; le Mali, le Niger et le Sénégal vise l’insertion professionnelle des jeunes marginalisés en milieu rural. Il s’agira d’appuyer les acteurs. Favoriser l’accès au foncier et à l’agro-écologie paysanne au profit des jeunes des zones ciblées. Ceci constitue pour le projet une stratégie de prévention des conflits et de stabilisation de la paix. Pendant six, les équipes du projet étaient sur le terrain pour mener des enquêtes dans les communes de Thionck Essyl, Diouloulou et Djinaky qui ont été retenues pour dérouler le projet. Ces enquêtes ont permis d’avoir une situation de référence pour mieux orienter les interventions. La deuxième phase qui consiste à l’enquête des ménages va bientôt être déroulée mais avant cela, les résultats des enquêtes sont en train d’être restitués aux populations. C’est cette activité qui a été menée hier Mercredi dans la commune de Djinaky. Dans la deuxième phase, la cible sera bien identifiée et les cadres de concertation de jeunes installés. Le projet vise les jeunes garçons et filles âgés de 18 à 35 ans pour les occuper et les empêcher de s’adonner à des activités illicites comme la drogue, le vol, la délinquance dans son ensemble ou encore l’émigration clandestines. Les populations de la zone ont montré tout leur enthousiasme et adhérent au projet qui, pour eux, est une aubaine pour des localités où les conflits familiaux ou entre éleveurs et agriculteurs existent encore en plus du vieux conflit armé qui secoue la Casamance depuis plus de 33 ans. Le projet va durer 30 mois.

L.BADIANE pour xibaaru.com