Bignona : Blocage au sein du conseil communal de la jeunesse, le nouveau bureau encore dans la rue

Installé depuis le 19 Décembre dernier, le nouveau bureau du conseil communal de la jeunesse de Bignona est toujours dans la rue. Pas de siège, pas de documents de travail, rien entre les mains du nouveau Président. La passation de service avec le bureau sortant n’a pas encore eu lieu. Le nouveau Président et ses camarades accusent leurs prédécesseurs « d’avoir une volonté manifeste d’entrave leur fonctionnement par le refus de remettre le legs de la structure ». Face à cette situation et après avoir écrit à toutes les autorités compétentes jusqu’au ministre de tutelle, ces jeunes ont décidé de porter leur combat au niveau des médias. Ils ont tenu Dimanche matin un point de presse pour alerter l’opinion locale et nationale sur ce dysfonctionnement. Selon le président Abdoul Khadry Gassama, le préfet de Bignona a donné des instructions fermes aux directeur du CDEPS pour qu’une passation digne de ce nom puisse se faire mais ce dernier ne se serait pas exécuté jusqu’à ce jour. Ils soupçonnent alors une complicité qui les empêche d’entrée en possession de tous les documents et du patrimoine de la structure. Ils pensent que l’inspecteur de la jeunesse « n’est pas à la hauteur » car incapable d’organiser une passation de service. Pire, ils dénoncent la création « d’une structure parallèle » appelée foyer des jeunes qui serait une conversion déguisée du conseil communal de la jeunesse. Le nouveau bureau est alors décidé à en découdre avec toutes personnes qui tenteraient de créer un blocage. Il invite les autorités compétentes à se saisir du dossier pour résoudre cette affaire qui relève d’une autre époque. Et ces jeunes très furieux de dire que le président sortant bénéficierait d’une couverture en agissant de cette façon. Un plan d’action salé est établi par le nouveau bureau qui a décidé de passer à la vitesse supérieur s’il ne rentre pas dans « ses droits » d’ici peu. Joint au téléphone, le Président sortant Chérif Aïdara Sène a souhaité gentiment ne pas se prononcer pour l’instant en promettant de le faire le moment opportun. Mais nous essayerons d’avoir l’avis avis du directeur du CDEPS qui est accusé par les jeunes de leur refuser l’accès à l’intérieur du service prétextant que « c’est une structure de l’état ». Les jeunes ont tenu leur rencontre dehors devant le CDEPS. Affaire à suivre.

L.BADIANE pour xibaaru.com