Arrêt des travaux du projet de Wade…Les investisseurs demandent au Président de revoir sa décision

Lors du conseil des ministres délocalisé de Dakar tenu à Pikine, le chef de l’Etat a annoncé qu’il va rendre le stade Assane Diouf de Rebeuss à la jeunesse dudit quartier. une décision qui va porter un sacré coup aux promoteurs de Kawsara qui ont déjà englouti 15 milliards Fcfa dans le projet et qui avaient entamé plusieurs travaux sur le site qui devrait accueillir 8 tours de 28 étages et une tour phare de 35 étages. pour ne pas décourager les promoteurs sénégalais et ne pas chasser les investisseurs chinois partenaires, l’architecte Abdou Kader Konaté de Kawsara demande au président Macky Sall de revoir sa décision.

Le projet de construction d’une cité de 8 tours de 28 étages et d’une tour phare de 35 étages qui devaient voir le jour sur le site de Asssane Diouf de Rebeuss d’un coût de 135 milliards est presque à l’eau, avec la décision du président de la République de remettre le stade à la jeunesse de Rebeuss. Du côté des promoteurs, c’est la grande déception et l’incompréhension par rapport à cette mesure.

Selon l’architecte du projet Kawsara, Abdou Kader Konaté, les conséquences économiques peuvent être dramatiques si le projet est arrêté car les promoteurs et leurs partenaires Chinois ont déjà dépensé près de 15 milliards Fcfa sur le chantier et sur les engagements. C’est ainsi que l’architecte raconte, meurtri aubout du fil, que Kawsara a déjà réalisé certains de ses engagements comme la réfection du stade Me Babacar

Sèye de Saint Louis avec la pose du gazon synthétique, de même la rénovation du terrain de Khandalou de Rebeuss avec l’érection des vestiaires, des salles de réunion en attendant la pose du gazon synthétique.

Pour confirmer l’avancée du projet, Abdou Kader Konaté rappelle que la démolition du stade a été engagée avec des études géométriques importantes. «On a creusé 200 puits allant jusqu’à 40 mètres de profondeur sur le site pour connaître la nature du sol. On a fait l’étude architecturale d’avant-projet et on était dans l’exécution des structures. On a commencé les fondations, on a fixé une grue et 3 autres sont sur place, 5 500 tonnes de fer sont sur le site. C’est plus de 10% du montant global du projet qui est engagé.

Quand on a démoli le centre social qui était sur le site, on les a logés pendant 8 mois et on devrait participer à hauteur de 100 millions pour la construction du centre social de Rebeuss», confie l’architecte du projet. Il souhaite que le chef de l’Etat revoie sa position et permette à Kawsara et aux investisseurs chinoisqui ont contracté avec des grandes banques de poursuivre le projet tout en prenant en compte la revendication de la jeunesse de ce quartier populeux aux abords du centre-ville.

L’architecte indique que le chef de l’Etat ne s’est pas entretenu avec eux avant de faire cette déclaration, alors que quand les travaux ont été arrêtés, il avait mis en rapport les prometteurs avec un certain M. Mangane de l’Apix. Les autorités sénégalaises s’étaient entretenues avec les investisseurs chinois, ce qui avait débouché sur la mise en place d’un comité chargé de gérer cette affaire. Finalement, notre interlocuteur nous renseigne qu’un document a été signé pour la reprise des travaux.

«J’ai envoyé une lettre de relance au Premier ministre lundi dernier pour la reprise des travaux. On est surpris de l’arrêt sans concertation préalable. Nous allons demander à l’Etat de revoir sa position, car le projet est tellement avancé qu’un stade de football ne peut plus être construit sur place ; à moins qu’il y ait un forcing de l’autorité. C’est un problème de crédibilité qui va se poser entre l’Etat du Sénégal et les investisseurs. Plus de 135 ouvriers sont sur le terrain, ce sont des emplois créés», martèle M. Konaté. S’agissant de l’aspect sportif, il pense qu’une solution peut être trouvée, car il été question de réhabiliter le stade du lycée Lamine Gueye, et «jusqu’à présent nous sommes prêts à accompagner la jeunesse de Rebeuss. On peut même intégrer un complexe sportif moderne sur le site tout en continuant le projet ».

Pour Abdou Kader Konaté qui garde toujours espoir, la déclaration de Macky Sall peut être prise sous deux niveaux. «Le Président a fait, peut-être, cette déclaration pour respecter un engagement politique, mais le deuxième niveau c’est qu’il a annoncé une concertation avec les acteurs concernés et on peut trouver une solution en intégrant l’aspect sportif dans le projet», soutient l’architecte de Kawsara. Cependant, au cas où tout le processus serait arrêté, M. Konaté affirme que l’Etat du Sénégal devra prendre des mesures d’accompagnement en les indemnisant et en leur remettant un site de la même valeur. «Si on n’accepte pas ce projet, on chasse des investisseurs étrangers qui vont aller vers d’autres pays. L’économie doit avoir une fonction autonome par rapport à la politique. Il ne faut pas que des groupes prennent en otage tout le pays pour des intérêts personnels », argue l’architecte diplômé de l’ Upas de Nantes qui demande de comparer ce projet et le stade qui était sur place depuis 30 ans.