Affaire Taïb Socé…De la discrimination…Plusieurs cas similaires ont bénéficié de liberté provisoire

La Ligue sénégalaise des droits humains (Lsdh) et Amnesty International, face à la récurrence de saisines de cas de personnes en maille à partir avec la justice présentant une vulnérabilité avérée, appellent les Autorités Judiciaires Sénégalaises à une meilleure conciliation entre les exigences de la distribution de la justice et l’impératif catégorique de préservation du droit à la vie.

Elles invitent à un examen attentif du cas de Taïb Socé. “Les alertes se multiplient quant à une détérioration de plus en plus avancée de son état de santé et à tous les cas de personnes pouvant se trouver dans la même situation”, notent les deux organisations.

Parlant de l’affaire Taib Socé, les deux organisations dénoncent un traitement discriminatoire. “Des sénégalais condamnés dans les mêmes conditions par la Cour d’appel de Dakar avec Mandat d’arrêt sont toujours en liberté sous le prétexte qu’ils auraient introduit un pourvoi en Cassation. (Voir cas d’un promoteur de lutte célèbre). Or, s’il est vrai que le pourvoi en Cassation est suspensif un traitement égalitaire devrait conduire à accéder à la demande de mise en liberté provisoire de Taib Socé qui a également formalisé un pourvoi en Cassation”, notent les organisations.

Ils estiment que Taïb Socé n’a pas bénéficié d’un procès contradictoire et est tombé sous le coup d’un mandat de dépôt simplement en raison de sa présence à l’audience le jour du prononcé de son délibéré.