Affaire Lamine Diack…La société civile demande une enquête au Sénégal

Décidément, l’affaire du financement de l’opposition sénégalaise et de certaines organisations de la société civile en 2009 et 2012 par des fonds russes, issus de dopage d’athlètes, ne finira pas de sitôt. L’affaire dite ‘’Lamine Diack’’ ne sera pas étouffée comme le veulent certaines autorités du pays. C’est du moins le cheval de bataille enfourché par beaucoup d’organisations de la société civile.

Hier, mardi 12 janvier, un parterre d’organisations de la société civile, à savoir le Forum du justiciable, l’Observatoire citoyen pour la défense des Institutions, le Forum libéral, l’Alliance Sauvons le Sénégal, la Raddho, Appel 221, le Forum citoyen, entre autres, ont lancé un Comité de suivi de l’affaire Lamine Diack. De l’avis de Babacar Ba, coordonnateur du Forum du justiciable, l’initiative est née de la sourde oreille qu’ont fait preuve les autorités saisies sur la question, notamment l’Ofnac, la Crei et même le Procureur de la République. Suite au constat que «les autorités habilitées de régler cette affaire étaient dans les dispositions d’étouffer cette affaire», indique-t-il, la question a été portée au niveau international. A l’en croire, «nous avons saisi le parquet financier de Paris depuis le 6 janvier. La requête a été déchargée». Ainsi donc, il se dit confiant quant à l’élargissement de l’enquête au niveau national, pour que «toutes les personnes qui ont eu à bénéficier de cet argent répondent de leurs actes».

Quid de l’implication des acteurs politiques dans cette lutte pour la clarté dans l’affaire Lamine Diack ? Sur ce point, M. Ba s’est voulu formel. «Je peux dire que c’est une initiative citoyenne car le début a été mené par des organisations citoyennes». Pour lui, il n’est pas question que le combat ait une connotation politique. Toutefois, estimant que l’affaire est très sérieuse, les organisations en question ont jugé nécessaire de faire appel à toutes les forces vives de la Nation, de quelque bord qu’elles puissent être, selon lui. Sur le pourquoi d’une telle démarche, M. Ba a expliqué que «nous voulons que la vérité éclate et que les Sénégalais puissent comprendre quels sont les gens qui ont eu à bénéficier de cet argent sale pour que demain, si ces gens prétendent à des postes de responsabilité, ils soient sanctionnés».