You la sale gueule insulte encore…Il massacre Idy

Le ministre, secrétaire d’Etat à l’Alphabétisation n’a pas mâché les mots pour s’attaquer au patron du parti Rewmi, au lendemain de ses attaques acerbes contre le chef de l’Etat. Youssou Touré a traité de tous les noms d’oiseau Idrissa Seck, non sans le qualifier de «poltron», pour avoir esquivé les accusations de vol de 74 milliards, portées contre lui par Samuel Sarr. Le responsable de l’Apr a fait face à la presse hier, vendredi 1er juillet, en marge de l’atelier de validation du document d’orientation de l’expérience pilote d’insertion/réinsertion au cycle élémentaire d’enfants hors école.   

La réponse du camp au pouvoir ne s’est pas fait attendre, au lendemain des attaques virulentes du leader du parti Rewmi contre le chef de l’Etat. Pour avoir déclaré, le jeudi 30 juin dernier, que Macky Sall a ajouté, à son «incompétence» et à son «déshonneur», «l’indignité de remettre en cause la souveraineté nationale», Idrissa Seck s’est attiré les foudres du ministre secrétaire d’Etat à l’Alphabétisation et à la promotion des langues nationales.

Youssou Touré s’est, en effet, défoulé hier, vendredi 01 juillet, sur le patron de Rewmi, qu’il qualifie de «poltron». Faisant face à la presse, en marge de l’atelier de validation du document d’orientation de l’expérience pilote d’insertion/réinsertion au cycle élémentaire d’enfants hors école, le ministre est d’avis «qu’Idrissa Seck devait d’abord donner suite à l’interpellation écrite de Samuel Sarr. C’est un grand poltron Idy». A l’en croire, le silence du président du Conseil départemental de Thiès en dit long. Pour cause, «il (Idrissa Seck) connait les capacités intellectuelles de Samuel Sarr».

Par conséquent, il s’est offusqué des attaques contre son mentor, alors que ce n’est pas lui et son camp, qui ont formulé ces accusations de vol, portant sur 74 milliards de nos francs.

Le ministre s’est, par ailleurs, offusqué des valses de critiques portées contre sa personne et certains responsables de l’Alliance pour la République (Apr), chaque fois qu’ils montent au créneau pour rétablir la vérité quand leur leader et leur parti sont attaqués par des adversaires politiques. A l’en croire, la presse a caricaturé 5 responsables de l’Apr, qualifiés «d’insulteurs publics». Cela, au moment où, «tout ce qu’Idrissa Seck dit, ça passe. Nous, notre discours, ça casse», déplore-t-il.

Pis, se désole-t-il, «ce que le pauvre Youssou Touré, l’instituteur ambulant de la banlieue, dit , fait l’objet de toutes sortes de critiques». Pour autant, il ne s’est pas empêché de traiter Idy de «mécréant». Pour lui, il est anormal qu’en ce mois de ramadan, de pardon de surcroît, qu’Idy fasse des «sorties malencontreuses contre le Président». Cela, sous le silence complice de la presse, notamment les éditorialistes.

Tout compte fait, le ministre en charge de la promotion des langues nationales a toutefois fait comprendre au patron de Rewmi qu’il n’est pas à la hauteur du chef de l’Etat. A l’en croire, Macky Sall n’a jamais proféré des mots déplacés tout le temps qu’il a fait dans l’opposition, à savoir les 3 ans et demi. Partant de ce fait, il a déclaré «qu’il (Idy) n’aura jamais l’honneur d’avoir en face de lui le président Macky Sall».