Y’en a marre tue la Diaspora…Plus de visas pour les Sénégalais en partance pour la RDC

Lors de la tournée de Marème Faye Sall au Congo, les Sénégalais de la diaspora qui l’ont rencontrée dans un hôtel de la place ont exprimé leur colère sur la situation qu’ils vivent de l’autre côté en RDC depuis le passe de « Y’en a marre ».
Au cours des discussions, si unanimement les compatriotes ont salué la bienveillance des autorités du Congo à leur endroit, beaucoup d’entre eux ont déploré subir toujours les effets de ce qu’il est convenu d’appeler «l’affaire Y en a marre» qui s’est passé en Rdc voisine. Pour rappel, trois des membres avaient été arrêtés par les autorités de la Rdc voisine pour tentative de subversion avant que les autorités sunugaaliennes, Macky Sall en tête, ne s’impliquent pour les tirer d’affaire. Si les compatriotes sénégalais parlaient des contrecoups de cette affaire, c’est parce que des émigrés en Rdc étaient présents à cette rencontre et ont pris la parole pour expliquer qu’ils sont bloqués à Brazzaville à cause de cette affaire «Y en a marre», la Rdc ne délivre plus de visa aux Suénégalais. Et ces émigrés qui ont déploré cet état de fait étaient sortis de la Rdc pour venir soit au Sénégal ou au Congo. On leur a refusé le visa pour certains dont le visa avait expiré et pour d’autres qui avaient renouvelé le passeport. Conséquence : ils sont bloqués à Brazzaville. Raison pour laquelle, ils interpellent les autorités sénégalaises pour qu’elles envoient une délégation auprès du Président Kabila afin de lever les équivoques d’autant plus, disent-ils, qu’il règne une atmosphère de suspicion, de méfiance ambiante qui frappe les Sénégalais dans ce pays où les premiers émigrés sont arrivés bien avant les indépendances et où ils n’avaient jamais eu de problèmes auparavant. Pour eux, si l’Etat a pu déployer tant d’efforts pour tirer d’affaire les responsables de «Y en a marre» dont ils disent que la démarche ne milite pas en faveur des intérêts des compatriotes en Rdc, le même Etat doit pouvoir intervenir en faveur des émigrés laborieux. Pour en finir avec cette rencontre, il faut noter que si Marième Faye n’a pas pris la parole, Moustapha Diakhaté, prési du groupe parlementaire de la majorité, a promis que ces doléances seront portées aux autorités. Le parlementaire a promis de saisir l’Exécutif par le canal du ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur et au besoin d’impliquer l’Assemblée nationale afin qu’une solution soit trouvée à la situation de ces compatriotes.