Wilane, le maire de Kaffrine pète un câble après les premières pluies…Sa commune est inondée et le bétail décimé

Les premières pluies ont fait d’importants dégâts à Kaffrine. Les 124 mm de pluies qui se sont abattues sur la capitale du Ndoucoumane ont fait de nombreux sinistrés et chassé beaucoup de populations de leurs maisons, même s’il n’y a pas de pertes en vie humaine ni de blessés, comme le reconnait le maire Abdoulaye Wilane. Seulement beaucoup de matériels et de bétail ont été emportés par les eaux qui ont pris en otage tous les quartiers aux alentours de la gouvernance et la gouvernane elle-même ainsi que les deux Cem Babacar Cobar Ndao. Quant à l’hôtel de ville de Kaffrine et le Conseil départemental, la pluie a révélé qu’ils souffrent de problèmes d’étanchéité. Restons sous la pluie à Kaffrine, pour parler du maire Wilane. Même s’il s’était distingué depuis quelque temps, par les fleurs qu’il jetait à SMS (les dernières en date, c’était avant-hier au lancement du Pudc), hier, Abdoulaye Wilane a changé de registre en décochant des flèches contre SMS et son régime. Pour dire que le maire de Kaffrine, présent sur les lieux du sinistre ne trouvait pas assez de mots durs pour exprimer sa colère.
Au bout du fil, Wilane, dénonce «l’irresponsabilité gouvernementale» car dit-il : «Chaque année Kaffrine vit ces problèmes d’inondations. En 2013 nous avons eu des inondations sous le régime de Macky. En son temps, il avait inscrit Kaffrine dans le programme d’urgence de recasement et de restructuration» qui consistait à déplacer les populations qui habitaient sur des sites non edificandi et reloger les propriétaires. Seulement poursuit le maire de Kaffrine : «Dans la perspective des élections de 2014, le gouvernement d’alors s’est laissé embarquer et induire en erreur par des politiciens de l’Apr qui espéraient me renverser. Et ils disaient aux populations concernées de ne pas accepter d’être déplacées. Ensuite ils leur ont fait miroiter des perspectives de dédommagements substantiels. En réalité, ils se disaient que si le plan avait abouti, cela allait augmenter ma popularité».
Wilane indique pour le déplorer : «Sans m’aviser, le gouvernement d’alors dont le ministre Khadim Diop qui avait reçu ces activistes à Dakar a sursis à ce programme pour Kaffrine». Malheureusement, fulmine le socialiste : «le Président Macky semble abandonner ce programme ce qui dénote d’un manque de sérieux, d’une absence de conviction dans la vision et une autorité versatile. Depuis lors rien n’a été fait. Au sortir du Conseil des ministres décentralisé, Macky avait demandé à l’ONAS de faire quelque chose à Kaffrine pour un montant de près de 400 millions, une décision annoncée en grande pompe». Wilane renseigne que «l’Onas a envoyé une mission exploratoire. Mais depuis lors, aucune réaction».
Résultat, dit-il : «voilà 15 ans que les gouvernements successifs nous promettent la mise en oeuvre d’un plan directeur d’assainissement et des mesures structurelles. Mais force est de constater qu’il y a des hommes tant au niveau des populations victimes que des gouvernants qui aiment profiter d’une économie de sinistre et sous prétexte de l’urgence passent des marchés. Ce sont des mesures structurelles qu’il faut pour régler sinon l’Etat va s’enliser dans l’économie du sinistre en agissant à chaque fois de manière ponctuelle». Ce qui fait dire au premier magistrat de Kaffrine : «Nous avons besoin d’hydrocureurs, de poclains et non des motopompes, matelas et vivres. Il faut avoir du courage politique pour déplacer les populations victimes de cette catastrophe» que le maire met sur le compte principalement d’«Ageroute et Transrail (qui) ont une responsabilité énorme dans ce qui se passe à Kaffrine». Ce qu’il tient à «dénoncer avec la plus grande vigueur».