Université de Ziguinchor: Le SAES crache sur le budget et réclame la tête du Recteur pour incompétence

Rien ne va plus à l’Université Assane Seck de Ziguinchor entre le recteur et le syndicat autonome des enseignants du supérieur (SAES). Les enseignants remettent en cause la compétence du recteur à diriger ce temple du savoir et ont peur pour l’avenir de l’Université. Ils demandent alors au président de la république de à reconsidérer le choix « hasardeux » porté sur Courfia Kéba Diawara. Le SAES dénonce sa gestion financière, administrative et celle des affaires pédagogiques. Sur le plan financier, l’UASZ est mal barré selon les professeurs avec une dette de près d’un milliards de FCFA (900 millions). Cela constitue 31% du budget total mis à la disposition de l’UASZ. Le SAES estime que si on payait les dettes, l’Université risque de fermé après seulement deux mois de fonctionnement. La gestion administrative est aussi catastrophique que celle des finances. Elle est caractérisée par notamment « l’amateurisme, le tâtonnement ou encore le pilotage à vue qui sont érigés en règle en plus du centralisme de gestion qui bloque ou ralentit la diligence des dossiers et le fonctionnement de l’institution. En plus de ces manquements, le SAES rajoute entre autres  » la création de directions illégales et budgétivore accompagnée par l’octroi de primes et indemnités à une catégorie du personnel au détriment des véritables ayant droit pendant d’autre travailleurs courent derrière leurs salaires pendant des mois. Sur le plan pédagogique, le SAES dénonce la tenue de deux sessions uniques consécutives. Un autre manquement imputé à l’actuel recteur. Autant de griefs que le SEAS a porté à la connaissance du chef de l’État, le Président Macky SALL par une lettre en date du 12Février.
L.BADIANE pour Xibaaru.com