Une femme voilée tabassée, déshabillée et traitée de terroriste à Ouakam…Cherchez le responsable de cette psychose…

Dans sa livraison du jour, le journal Grand Place est revenu sur une histoire des plus insolites qui s’est produite, hier, à 12 heures, au marché de Ouakam.
Selon le journal, un jeune homme, adossé sur une voiture, qui attend tranquillement un car de transport en commun, s’est fait piétiner par une femme porteuse de burqa. Ce dernier l’interpelle pour qu’elle s’excuse, mais la porteuse de burqa ne semble pas entendre l’homme qui l’a hélée. Seau rempli de légumes à la main, portant des gants noirs et une burqa qui lui couvre le visage, elle continue son chemin. Grande a été sa surprise quand elle a été rattrapée par le jeune homme qui l’abreuve d’insultes en mettant l’accent sur sa tenue qui, selon lui, « l’empêche de bien voir ».

Certainement atteinte dans son honneur et dans sa dignité, elle se rebelle et tente de le sermonner en évoquant Dieu « Astakhfiroulah, Allahou akbar ». Suffisant pour qu’une foule se dessine sur les lieux pour comprendre ce qui se passait. Le gars continue et décharge sa bile sur la femme devenue muette. Néanmoins, elle tente de se frayer un chemin. Très déterminé à en découdre avec la porteuse de burqa, le jeune homme a fini par la traiter de terroriste. Mieux, il s’est acharné sur elle tout en lançant : « « Voyons si tu ne caches pas des explosifs dans ton emballage ». Sur ce, il se sépare de ses chaussures et s’en prend violemment à la femme sans défense.

Au moment où certaines personnes essaient de le résonner, d’autres l’aident à accomplir sa « mission ». Accourus, de nouveaux venus posent des questions et certains répondent de manière péremptoire que « c’est une terroriste ». Réponse qui n’a fait qu’ajouter de l’huile sur le feu. La femme se voit déshabillée et tabassée sous le regard impuissant de gens qui tentaient de lui venir en aide.

Un bouchon a fini par se créer sur la route, car le trottoir était occupé par les badauds des chauffeurs qui ne cherchaient qu’à trouver leur chemin descendent en masse de leurs véhicules et parviennent à ramener l’ordre. Des femmes couvent la femme qui s’est retrouvée en sous-vêtement. Malgré cela, le jeune homme semble ne pas en avoir assez fait. Il se débat en tentant de sortir des griffes d’un groupe de personnes qui le retenaient en lui faisant entendre raison.

Les cris de la femme étaient audibles à des dizaines de mettre à la ronde. « Allahou Akbar, Soubhaanallah », hurla-t-elle tout en pleurant. Son beau visage est ensanglanté sa peau claire et son accent renseignent sur son appartenance ethnique. Couverte par sa burqa déchirée, elle a quitté la zone en larmes. Elle titube en marchant. Les coups sont passés par là. Quant au jeune homme, il reprend tranquillement sa route sans être inquiété.

Pourtant, le ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, a précisé, mardi dernier, l’interdiction du port de la burqa n’est pas encore appliquée puisque rien n’est encore décidé.

3 Comments

  1. Les légionnaires peuvent être fiers de leur travail. Les pourvoyeurs de légions seront satisfaits. Une musulmane vient d’être tabassée. Quel plaisir pour eux !
    A toutes les voilées victimes je conseille le zikr de Ya Mountaqim.

  2. Pour faire plaisir au pays de Le Pen et ses dirigeants, nos gouvernants ont annoncé la partition, habilement, et les premières notes de la symphonie « mortale » ont résonné au marché de Ouakam…
    Je prie pour que ces lugubres notes s’ estompent nettement comme s’ il s’ agissait d’ un coup de hache sur le tam-tam!!!
    Affaire à suivre…

Les commentaires sont fermés.