Un cadre de l’APR écrit à Macky : « Mankeur m’a trompé, il avait promis de me recruter et me voilà dans la merde

Lettre ouverte au Président de la République

Son Excellence Monsieur Macky SALL
Président de la République du Sénégal
Objet : L’injustice dont je suis victime

Excellence Monsieur le Président de la République,
L’actualité brûlante sur la diplomatie sénégalaise est symptomatique des difficultés dans le choix des hommes, les recrutements à l’ambassade et aux consulats du Sénégal en France.
Mon cas, également révélateur de ces difficultés, est une injustice consécutive à la promesse de recrutement non tenue de Monsieur Mankeur NDIAYE, alors ambassadeur en France et actuel ministre des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur.
Cette injustice m’a mis, avec ma famille, dans une situation d’extrême urgence pour des raisons objectives, indépendantes de ma volonté, conséquences d’une telle injustice et déjà portées à la connaissance des autorités diplomatiques et consulaires.
Malgré les courriers que je vous ai adressés, je suis sûr que vous n’êtes pas informé de l’injustice susmentionnée. La persistance de blocages, de sabotages et d’autres actes malveillants m’oblige ainsi à vous adresser la présente lettre par voie de presse.
Monsieur Mankeur NDIAYE m’a fait croire à un recrutement à l’ambassade du Sénégal à Paris par courriers qu’il m’a adressés directement (lettres du 12 juillet 2012, du 04 septembre 2012 et du 10 décembre 2012) et par l’intermédiaire de Monsieur Amadou DIALLO, consul général du Sénégal à Paris (lettres du 02 janvier 2013 et du 31 mai 2013), chargé par son ministre de tutelle de me répondre.
J’attire votre attention sur le comportement particulièrement négatif du consul Amadou DIALLO avec ses accusations gratuites par écrit mettant en cause ma formation en diplomatie, son blocage délibéré de ma requête du 25 novembre 2014 pour affaire me concernant, accompagnée de toutes les pièces justificatives requises attestant ma situation d’extrême urgence. J’ai formulé une telle requête à l’initiative de l’assistante sociale du consulat à Paris, suite à son appel téléphonique.
Dans mon CV est mentionnée ma formation en diplomatie (justificatifs disponibles) au Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques de Paris. En qualité d’auditeur, j’ai suivi l’intégralité de la première phase du cycle d’enseignement diplomatique supérieur, session 2008/2009.
La lettre du 31 mai 2013 du consul Amadou DIALLO décline clairement la promesse de recrutement du ministre des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur.
La confirmation de cette promesse m’a été faite de vive voix par Monsieur TRAORE, alors en service à l’ambassade du Sénégal à Paris, qui, au nom de Monsieur Mankeur NDIAYE, m’a appelé le mercredi 25 juillet 2012 pour me demander de venir le rencontrer le lundi 30 juillet 2012 à 10 heures à l’ambassade.
Au terme de la rencontre, Monsieur TRAORE m’a fermement assuré que je serai recruté dès qu’un poste serait vacant.
Pourtant, depuis plus de deux ans, des recrutements massifs, à la suite de postes vacants ou nouvellement crées, ont été effectués dans les représentations diplomatiques du Sénégal en France.
Le lundi 24 février 2014 à Paris, j’ai rencontré en vain le ministre des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur qui évoque une contrainte de poste à créer. Il était venu participer au Groupe Consultatif convoqué pour financer le Plan Sénégal Emergent (PSE).
Pour rappel, ma thèse de doctorat en économie, soutenue avec succès le 06 décembre 2011 à l’université de Tours, est centrée sur la bonne gouvernance et l’émergence du Sénégal.
Ma thèse est donc utile à notre pays que vous ambitionnez de conduire à l’émergence économique. Vous en avez la capacité, Excellence, comme je l’ai démontré, chiffres à l’appui, dans mes contributions publiées par la presse en mai 2015 et décembre 2013.
Il me plaît alors de rappeler un paradigme essentiel à l’émergence : la primauté de la rationalité économique sur la rationalité politique. D’où l’impérieuse nécessité d’utiliser en priorité les compétences pour assurer la mise en œuvre efficiente du PSE et le succès de son levier transversal, la diplomatie économique.
La présente lettre est publiée après l’échec de mes nombreuses démarches depuis plus de deux ans auprès du Premier Ministre, du ministre des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, de l’ambassadeur du Sénégal à Paris, du consul général du Sénégal à Paris, du coordonnateur de la Convergence des Cadres Républicains-CCR-France (un de mes anciens étudiants à la Faculté de Sciences Economiques de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar où j’ai dispensé des enseignements en économie internationale, économie politique, comptabilité nationale et microéconomie) et d’autres camarades de la CCR-France.
En vous demandant de bien vouloir réparer l’injustice déclinée, je vous prie d’agréer, Excellence Monsieur le Président de la République, l’expression de mes sentiments patriotiques et militants.

Tours, le 28 juillet 2015
Dr Omar NDIAYE
Docteur en Sciences Economiques
CCR-France