Trop de questions autour de la libération de Karim Wade…et de la CREI

Houff enfin il est libre.  Il, c’est monsieur Karim Meissa WADE qui a bénéficié d’une grâce présidentielle et est sorti de prison hier nuit.

En effet, la grâce présidentielle peut être définie comme une réduction ou une suppression de la sanction pénale mais la condamnation reste inscrite au casier judiciaire du condamné. Elle diffère ainsi de l’amnistie qui est étymologiquement un « oubli , c’est à dire l’acte qui dispose que des fautes passées devront être oubliées, et qui interdit à quiconque de les rechercher ou de les évoquer sous peine de sanctions.

Mais, force est de constater qu’il y a beaucoup de zones d’ombre dans cette libération de Karim Wade.

Est-ce que c’est le sieur WADE qui a demandé la grâce ? Si oui, il se sentirait coupable des délits qui lui étaient reprochés et a reconnu la l’égalité de la CREI.

Si c’est le président de la république qui lui a donné cette grâce sans que ce dernier n’en fait la demande, ce sera une chose rarissime voire inédite.

Ainsi,  d’aucuns diront que c’est une prérogative du président d’accorder la grâce à tout condamné.  Mais,  nous pensons que pour la plupart des cas,  c’est le condamné qui fait la demande. Dans cette affaire qui a demandé la grâce ?

Les questions qui nous laissent sans réponses sont nombreuses et diverses.

Quel sera l’avenir de la CREI ?

Qu’en est-il de l’immense richesse supposée appartenir à Karim et compagnies ?

Qu’est-ce que la traque a rapporté ?

Combien elle nous a coûtée ?

Est-ce que le président a gracié monsieur Karim de son propre gré ?

Sinon qui sont ceux qui sont derrière cette libération ?

Quel est le niveau des pressions ?

Pourquoi Karim une fois élargi part directement au Qatar ?

Pourquoi faire ?

À quelle fin ?

Avec quels moyens s’est t-il déplacé ?

Est-il contraint à un exil politique ?

Jusqu’à quand ?  Pourquoi ?

Pourquoi, KARIM une fois libéré n’a pas pris le soin de ou le temps de remercier ses partisans qui se battaient pour sa libération ?

A-t-il agi par contraintes ou par mépris ?

Et le bas peuple dans tout ça ?

Voilà autant de questions qui restent toujours floues dans la tête de la majorité des sénégalais.  Qui pour éclairer notre lanterne ?

Idrissa SAMB.