Trafic de bois à la frontière gambienne, Ali Haidar déballe : l’autorité gambienne est complice!

L’ancien ministre de l’environnement Ali Haidar faisait face à la presse ce matin, pour dénoncer le trafic de bois quotidien qui s’opère dans la forêt de Casamance en destination de la Gambie. 

L’écologiste a mené des enquêtes de fonds en comble pour en arriver à ces résultats catastrophiques, alors que les autorités ne pipent mot. Les exploitants de ce bois basés en Gambie l’exportent en Chine, où la demande des meubles en bois de vène a explosé. Si au Sénégal l’exportation du bois est interdite par la loi, en Gambie c’est à autorisation. Les trafiquants font de sorte que le bois soit déclaré gambien et décroche une autorisation pour l’exporter. Mr Haidar admet de soupçonner l’autorité gambienne qui est courant de tout.

Au cours de ce point de presse, une vidéo aérienne a été projetée, montrant un dépôt de milliers de troncs de bois de Vènes et des charrettes qui font des aller et retour pour collecter le bois à l’intérieur du Sénégal. Il y’a aussi cinq autres dépôts le long de la frontière qui sont régulièrement approvisionnés avec des milliers de troncs provenant du Sénégal. Haidar a insisté sur le fait que les trafiquants soient très très libres.

L’amoureux de l’environnement déplore l’implication des fils du pays émigrés qui, sachant que l’Europe ne marche plus, sont revenus pour se mettre dans ce trafic qui risque de mettre à nu notre forêt et cela dès 2018.

Selon la douane chinoise la Gambie est le deuxième pays importateur de vène après le Nigéria où c’est naturellement autorisé. Ali Haidar, appelle le Gouvernement sénégalais à réagir pour éviter la catastrophe et ne demande que 3 pick-up (voitures adéquat pour la forêt) et une autorisation pour mettre fin à ce trafic!

Si l’Etat ne veut ni en parler ni régler cette situation, Haidar dit être prêt à en découdre pourtant !!! C’est bizarre….