Mankoo Wattu Senegaal s’est réuni, hier, pour faire l’évaluation de sa marche du 14 octobre dernier. Mais, des sources du Populaire qui ont pris part à la rencontre indiquent que la question du mandat du coordonnateur a constitué le point d’achoppement.

Malick Gackou, dont le mandat d’un mois (non renouvelable d’après l’article 4, point 6 du code de conduite paraphé par tous les leaders) à la tête dudit Front est arrivé à expiration, a remis le mandat. Mais, selon les interlocuteurs du journal, le leader du Grand parti (Gp) a fait une motion d’ordre. Ce qui fait qu’il y a eu un tour de table sur la question.

Ainsi, susurre-t-on, certains ont estimé que l’ancien N°2 de l’Alliance des forces de progrès (Afp) devait poursuivre sa mission. Mais, d’autres, à l’image du Pr Malick  Ndiaye, de Dialo Diop et de deux autres leaders, ont posé une question de principe. Autrement dit, Malick Gackou devait céder la place à un autre leader. Le Pr Malick Ndiaye a dit refuser de cautionner la prorogation du mandat du natif de Guédiawaye, de la même manière qu’il avait refusé d’avaliser le « wax waxeet » du Président Sall par rapport à son mandat.

Finalement, en faisant la synthèse, le patron du Gp a suggéré que le mandat du coordonnateur soit ramené à trois mois. Ce qui a emporté l’adhésion de ses « souteneurs ». Sauf que, renseignent nos confrères, cela va nécessiter la modification de l’article 4, point 6.