Tant que Wade vivra, il restera à la tête du parti… la fin du PDS c’est quand Wade aura cessé de le diriger !

Invité dans l’émission « Toute la vérité » sur la Sen Tv, le journaliste, formateur et analyste politique, Mame Less Camara, a indiqué que la vie du parti démocratique sénégalais était intimement liée à celle de Me Abdoulaye Wade. Le journaliste estime aussi que le départ de ce dernier signifierait la fin de la formation libérale. « L’existence du PDS est intimement liée à Abdoulaye Wade son créateur, son inspirateur. Et, il n’est pas étonnant que ceux qui sont passés dans ce parti se réclament du « Wadisme ». Tant que Wade vivra, il restera à la tête de ce parti et le jour où il n’aura pas une prise totale sur ce parti, l’unique main fédératrice du PDS qui est celle d’Abdoulaye Wade, si elle n’est pas ferme, il partira dans tous les sens». Avant de poursuivre : « la fin du PDS c’est quand Abdoulaye Wade aura cessé de le diriger! » Cette omniprésence de dirigeants à la tête de parti selon lui, est dû fait d’une idéologie de soumission des militants. « Les dirigeants se veulent irremplaçables, on dirige un Bureau Politique pendant une trentaine d’années sans être contesté, cela montre qu’il y a une idéologie de la soumission qui est à l’œuvre dans les partis et qu’on considère comme un élément de stabilité, alors que c’est un élément d’érosion du parti ». Interrogé sur la communication du Chef de l’Etat ces derniers temps, Mame Less Camara pense que Macky Sall a jeté toutes ses forces dans les premières heures de la bataille. Il est en train de douter ainsi de son gouvernement. « Le Président va au charbon en terme de communication, il est en période de rectification d’une politique extrêmement offensive. Le gouvernement doute sur la question des salaires des enseignants, la loi sur les daaras, la durée de son mandat. Ce qui veut dire que toute la politique qu’avait identifiée le pouvoir de Macky Sall est remis en cause pan par pan . Cela parce que le Président demeure « obsédé » par ce deuxième mandat. Il est en train d’ajuster sa politique sur ce que les gens approuvent ou pas alors que quelquefois, il faut fermer les yeux, trancher dans le vif et au bout de cette sorte de confrontation avec l’opinion, il y aura la réussite. Maintenant c’est une construction de l’imaginaire sur ce que le Président a réussi ou pas et lorsqu’en matière de communication, les choses se réduisent à répéter que le Président a réussi, c’est que l’on n’est plus sûr de son coup. Et le doute est visible puisque le Président a jeté ses forces dans la bataille dès les premières heures ».
Rewmi.Com