Souleymane Ndéné attaque Macky : « Ils ont inventé un nouveau droit pour condamner Karim Wade »

Souleymane Ndéné Ndiaye, ancien membre du parti libéral de Wade et actuel leader de l’UNP (Union Nationale pour le Peuple / Bokk-Jëmu) qui était l’invité de l’émission ‘’Grand Oral’’ de la radio Rewmi FM, est revenu sur la libération de Karim Wade. Pour l’ancien premier ministre, rien ne justifiait l’emprisonnement de Karim Wade car les charges retenus contre Karim Wade étaient inventées. Voici ses propos :

« En droit, personne ne peut justifier l’arrestation de Karim Wade encore moins sa condamnation. C’est une excellente chose. J’étais l’avocat de Karim Wade et je pense qu’ils ont tardé à le libérer. Sur la base du dossier qui nous a été soumis, on ne pouvait pas condamner Karim Wade. Il a été quand même condamné et il est resté 3 ans en prison. Donc, je fais partie de ceux qui pensent que sur la base du dossier qui a été soumis aux avocats et aux magistrats, on ne pouvait pas condamner Karim Wade. Ils ont inventé un autre type de droit parce que le droit que nous avons appris à la faculté nous renseigne que les actes notariés font foi de leur contenu jusqu’à inscription de faux. Cependant, il ne résulte pas des actes notariés que Monsieur Karim Wade soit associé ou actionnaire d’une société quelconque. On a tout fait pour essayer de démontrer que Bibo Bourgi, Pape Mamadou Pouye et les autres étaient des prête-noms. Mais, je pense qu’ils n’ont jamais pu, de façon non discutable, rapporter la preuve que Monsieur Karim Wade avait un intérêt quelconque. Ils ont inventé finalement la notion de bénéficiaire économique qui n’existe pas en droit. La manière dont il a été libéré ne me pose de problème et je n’ai pas de commentaire à faire. Je ne peux pas me mettre à qualifier, à caricaturer ou à caractériser. J’ai salué la libération de Karim Wade parce que je pense qu’il n’aurait jamais dû être arrêté. En droit, personne ne peut justifier son arrestation encore moins sa condamnation. »

Et le leader de l’UNP donne son avis sur la condamnation de Karim Wade à payer 138 millliards

« Les biens qui lui appartiennent ? Vous savez, on est propriétaire d’un bien quand il s’agit d’un bien matériel ; quand c’est votre nom qui figure sur les papiers de ce bien-là. Je parle du véhicule, quand c’est un bien immobilier il faut bien que l’immeuble soit immatriculé en votre nom. Je me demande comment l’État va faire pour récupérer une société. On ne peut pas récupérer une société sauf maintenant tordre le cou au droit. Une société, c’est une personne morale. Dans le cas d’Ahs qui est une société anonyme avec des actionnaires identifiés. Pour récupérer ces sociétés sauf à tordre le cou au droit, il y a quand même une démarche très difficile qu’il faudra entreprendre. Concernant les immeubles de Paris, je suis assez loin de cette procédure-là. Il y a d’autres avocats pour s’en occuper et ils ont plaidé, la fois dernière, avant que l’affaire ne soit mise en délibéré pour la décision devant être rendue au mois de septembre. Il faut attendre les décisions qui seront rendues. De toute façon, en France, on ne peut pas aussi facilement tordre le bras au droit. Par ailleurs, j’ai été avocat de Karim Wade mais quand on a arrêté de nous présenter à la Crei, depuis ce moment-là, je n’ai pas suivi l’affaire. Mon engagement se limitait aux plaidoiries que nous faisions à la Crei. »

‘’Une justice est comme l’armée, c’est une Grande Muette. Mais, une justice qui bavarde n’est pas une justice.’’

Source Rewmi