Si l’Etat doit vendre cette mythique maison de Wade au Point E…Alors les Sénégalais vont réagir par…

Le parti «Solidarité active» a décidé de lancer une opération pour le moins originale, pour sauver la maison de Wade au Point-E qui risque d’être saisie et vendue par l’Etat, suite à la condamnation de Karim par la Crei. Cette maison de Wade que «tout le Sénégal lui connaît depuis toujours et qu’il a acquise à la sueur de son front en tant qu’avocat, selon Ndiaga Fall, leader de «Solidarité active», doit en effet être vendue. C’est pour racheter cette maison mythique des Wade et la lui rendre, « si jamais elle était mise en vente », que «Solidarité active» a décidé de lancer une opération dénommée «Pièces blanches».
Elle consiste à demander aux 14 millions de Sénégalais, d’après M. Fall, de donner des pièces de monnaie dans le cadre d’une quête jamais réalisée auparavant au pays de Ndiadiane Ndiaye pour mobiliser l’argent nécessaire pour racheter la maison de Wade au Point-E et la lui restituer.
Selon les initiateurs de cette opération, c’est un service qu’il faut rendre à ce pays et à Wade qui, au crépuscule de sa vie a «commis le crime» de réorganiser sa vie et de distribuer ses biens à ses enfants et à ses proches. Selon M. Fall, de quelque bord politique qu’on se situe, il n’y a rien qui permette de nier que la maison du Point-E est celle de Wade-père.

1 Comment

  1. Des particularités des mensonges.
    Chaque nouveau mensonge tente de se présenter sous forme de confirmation du précédent. Si les fanatisés n’étaient pas fanatisés, il y a longtemps qu’ils auraient compris qu’ils vivent ce que j’ai toujours présenté sous la forme de remplissage/vidange de leurs cœurs du trop plein de haine, et de l’enfantin jeu qui consiste à leur faire de temps en temps un peu de plaisir. Dés lors qu’ils ont été façonnés, par des médias, de sorte à avoir du plaisir de ce qu’ils pensent être le malheur d’un autre, ceux dont ils sont devenus des jouets entre leurs mains ne se privent pas de leur faire périodiquement ce plaisir (par de pareils titres) surtout durant les périodes de basse morale.
    Les titres que vous lisez depuis deux jours de la vente des biens de Karim et qui citent la maison du Point E, sont des titres mensongers.
    En voici la preuve.
    En Août 2014, durant le procès de Karim à la CREI, les avocats de Karim ont fait une conférence de presse pour axer leurs explications sur le ridicule de lister la maison du Point E dans le patrimoine de Karim. La CREI, les avocats de l’état, les communicateurs de Macky, ont répliqué pendant au moins un mois, en répétant que jamais la maison du Point E n’a été listée dans le patrimoine de Karim.
    http://www.sencms.com/news/Justice/la-maison-du-president-wade-au-point-e-ne-fait-pas-partie-du-patrimoine-de-karim-wade-crei_n_133328.html
    Alors, comment se fait-il que ceux qui juraient, pour exiger qu’on leur croit, que jamais la maison du Point E n’a été considéré comme bien de Karim, reviennent nous dire qu’elle en fait parti ? Comment est ce possible que le procureur spécial ait dit; « C’est une erreur monumentale que nous ne ferons pas » (c a d la maison de Point E comme bien de Karim), et qu’aujourd’hui on titre pompeusement que « l’erreur monumentale » est normale ?
    Les gens intelligents auront compris qu’il s’agit du médiatique que j’ai toujours dénoncé. Un médiatique qui donne un mauvais plaisir à une race d’individus qui ont perdu tout sens de la logique. Ces gens devenus des jouets ont du plaisir à lire des « Karim est rouge de colère » ou « Viviane est verte de colère ». Et ce plaisir annihile leurs capacités intellectuelles, et leur empêche de se rappeler des choses qui avaient eu lieu il y a juste 14 mois (Août 2014).
    Comme j’ai l’habitude de le dire, la seule question qui mérite que cette catégorie de personnes se pose c’est ;
     » Et si cette même stratégie était utilisée contre ma religion ? »
    Ces gens là ont ils la compréhension nécessaire pour défendre leur propre religion contre de pareilles stratégies médiatiques ?

Les commentaires sont fermés.