Si les Sénégalais se rendent compte que… Fada roule pour le pouvoir : Alors le PDS sera encore plus fort

Selon Ibrahima Bakhoum, la crise que traverse actuellement le Parti démocratique sénégalais (Pds) suite au refus du député Modou Diagne Fada de passer la main à la tête du groupe parlementaire des Libéraux et démocrates ne date pas d’aujourd’hui. Interpellé hier, lundi, sur le bras de fer opposant le Pape du Sopi à Modou Diagne Fada, le journaliste formateur et analyste politique a tenu toutefois à préciser que Me Wade pourrait tirer profit de cette querelle si les Sénégalais se rendent compte que… Fada roule pour le pouvoir.
En outre, Ibrahima Bakhoum, tout en précisant que Me Wade a toujours su gérer les crises internes de son parti, a estimé que ceux qui prédisent l’ébranlement du Pds à cause de cette vague de contestation de l’autorité du leader charismatique de ce parti risquent d’être très déçus. Pour cause, « le discours que Fada tient aujourd’hui, notamment quand il dit que c’est nous le parti, que c’est nous qui sommes majoritaires, n’est pas une nouveauté ». Dans la foulée, le journaliste formateur et analyste politique a tenu à rappeler que dans le passé, « d’autres responsables du Pds qui étaient dans la même position que Modou Diagne Fada disaient la même chose pour finir dans les rangs ou tout simplement exclus».
Par ailleurs, Ibrahima Bakhoum a indiqué que le parti de Me Abdoulaye Wade a de fortes chances de se remettre de cette crise avant la prochaine présidentielle. Selon lui, le Pds pourrait même sortir plus fort contre toute attente de cette étape de son évolution. «Si cette crise avait lieu dans un horizon proche de la présidentielle, elle allait être préjudiciable au Pds. Mais, comme on ne sait pas encore si la présidentielle se tiendra en 2017 ou 2019, les deux camps (Wade et Fada) ont largement le temps de surpasser cette crise. Et pour ce qui est de Wade, je dirais même qu’il peut bien tirer profit de cette crise notamment s’il est avéré que c’est le pouvoir qui manœuvre derrière Fada dans le but de détruire le Pds. Les Sénégalais n’aiment pas l’injustice et dès qu’ils s’apercevront que Fada roule pour le pouvoir, comme certains le pensent maintenant au vu malheureusement de la communication qui entoure cette crise, il y aura un sentiment de sympathie quasi généralisé envers le Pds», a-t-il dit.

1 Comment

  1. Pourquoi une seule hypothèse ? Et si les sénégalais se rendent compte que Fada reste dans sa logique de provoquer des renouvellements au sein du PDS pour que les plus représentatifs dirigent et que les tricheurs sans base retournent derrière. Qu’est ce qui se passerait si les sénégalais se rendaient compte que Fada n’est nullement en contact avec le pouvoir car cette accusation sortie de bouches d’un Farba Senghor ne peuvent pas avoir de crébilité. En vérité, ce que personne n’a jamais dit c’est que Wade veut que son fils Karim soit candidat et futur secrétaire général du PDS. Fada, qui considère que Karim n’a pas travaillé plus qu’eux pour hériter du parti, a refusé d’accepter ce que veut Wade. Fada et ceux qui ne veulent pas qu’on donne tout à Karim sont entrés en rébellion. Maintenant, comme il était facile pour les gens de l’AFP de dire que c’est Wade qui est derrière Malick Gackou, il est facile pour les libéraux de dire que c’est le pouvoir qui est derrière Fada. Chacun trouve la main de son adversaire dans les rebéllion interne à son parti. C’est aussi comme ça qu’on discrédite les actions des autres.

Les commentaires sont fermés.