Seydou Guèye : Wade n’a fait aucune pression dans la libération de Karil

Le Porte-parole du Gouvernement s’est résolu à remettre certaines pendules à l’heure par rapport à la trame de la libération de Karim Wade. Sur la table du « Grand Jury », il a tenu à effacer d’un coup d’éponge l’idée agitée et selon laquelle la libération de Karim Wade procéderait d’un deal. Pour lui, il ne s’agit que de spéculations regrettables car, affirme-t-il, « le  Gouvernement du Président  Macky Sall n’a pas pour culture de faire dans le deal et qu’il n’y a aucun protocole de Rebeuss ou de Doha. »
Il répondra dans la foulée à Idrissa Seck, sans le nommer, « s’il y a eu un deal au niveau international, ceux qui en parlent devraient alors nous dire quel est le montant de leur commission en tant que médiateur entre les différentes parties. Combien ils ont touché dans ce deal? »
Quant à l’existence d’une pression provenant du Président Wade, le ministre auprès du Premier ministre a minimisé. « La pression de Wade n’est pas une très forte pression…Il a dit des choses qui se sont pas vérifiées. Il a dit que son fils ne serait pas jugé, il a été jugé. Il a dit qu’il ne serait pas condamné, il a été condamné. Il  y a une réalité judiciaire…Il est coupable d’enrichissement illicite ».
Seydou Guèye de rappeler qu’avant Wade-fils, plusieurs Sénégalais ont bénéficié de cette grâce présidentielle. « Il y a plus de 7000 Sénégalais qui ont bénéficié de ce droit de grâce…L’Etat de droit s’appuie sur des principes forts dont l’égalité entre les citoyens. Monsieur Karim Wade a été condamné, déclaré coupable de délit d’enrichissement illicite. Il a bénéficié du droit de grâce au même titre que Pape Samba Diassé et Bibo Bourgi…Le principe de la grâce, c’est une clémence.