Sénégal-Maroc : Bourses, Prises En Charge Médicales, Bons Pour La Mecque…La discrétion du commandeur des croyants

Le Charme Discret De La Coopération…Avec Le Commandeur Des Croyants
Le Commandeur des Croyants a imaginé une forme de coopération originale avec certains pays de la Ouma islamique : sur la base stricte de la religion, le Maroc vise l’épanouissement spirituel et physique de certains ressortissants des populations alliées.
Bourses d’études, prises en charge médicales et bons pour le pèlerinage aux Lieux saints de La Mecque constituent un aspect presque personnel des relations que le Roi du Maroc, en sa qualité de Commandeur des croyants, entretient avec certains pays, surtout ceux de la Ouma islamique.
Le substrat de cette coopération est principalement religieux, sous des dehors variés comprenant le renforcement moral et spirituel des populations bénéficiant de cette forme de coopération.
Ainsi, la presque totalité des membres de l’association des Ulémas et Imams du Sénégal passe traditionnellement le Ramadan au royaume chérifien ; de même, la majorité des dignitaires religieux bénéficient de prises en charge médicales pour des soins gratuits au Maroc et, pour parachever le tout, le Commandeur des Croyants délivre chaque année des bons pour faciliter l’accomplissement du cinquième pilier de l’Islam.
Le roi du Maroc participe alors à un programme non écrit mais en vigueur dans tous les pays de la Ouma, d’octroyer par ce biais des moyens aux gouvernements de pays amis, comme le fait l’Arabie saoudite avec les invités du Roi, privilège couru à travers tous les pays musulmans.
Le protocole en la circonstance est d’aider les autorités étatiques souvent sollicitées mais qui doivent, au préalable, en faire la demande formelle. Au Sénégal par exemple, de grands notables et chefs de confréries religieuses ont bénéficié de la prise en charge du Roi pour des soins au Maroc ; certains malades sont assez connus, d’autres moins. Tous ont en commun d’avoir apprécié l’impressionnant plateau médical marocain, l’un des meilleurs en Afrique.
De même, le Maroc participe à la création de ressources humaines et au renforcement des capacités avec les bourses octroyées chaque année à un certain nombre de ressortissants des pays amis. En 2013, par exemple, l’Agence marocaine de Coopération internationale (Amci) a mis à la disposition du Sénégal cent bourses d’études.
Pareillement, le Sénégal dispose chaque année de trois bons mis à la disposition du gouvernement pour permettre à des particuliers d’effectuer le pèlerinage aux Lieux saints de l’Islam. Comme avec les bourses, aucune considération autre n’entre en jeu au moment de la sélection des gagnants. On a ainsi vu un balayeur de la salle d’embarquement de la gare des pèlerins recevoir une aide pour le voyage à laquelle il ne s’attendait guère ; il avait juste sollicité et fut appelé.
Toutes les sollicitations ne sont cependant pas toujours satisfaites. Ainsi de ce journaliste qui souhaitait disposer d’un passeport diplomatique pour permettre à son épouse d’aller accoucher en Italie. Il fut poliment mais fermement repoussé. Vérifiez ses revues de presse depuis lors.
Pathé MBODJE
pathe82@hotmail.com