Scandale Tobago : Macky protège quelqu’un…Et si les impliqués et les vrais coupables étaient de l’APR ?

La responsabilité de poursuivre le bien public et de protéger le bien privé légal et légitime, revient non seulement aux individus mais aussi et surtout à l’Etat. Macky Sall en donne une illustration. En décidant de sanctionner les agents de l’Etat impliqués dans ce forfait qui a fait mal non seulement aux propriétaires des logements détruits mais à l’ensemble des Sénégalais épris de justice, le Chef de l’Etat démontre que la protection du citoyen et de ses intérêts est la raison d’être de l’autorité politique.
Son acte est à saluer à l’applaudimètre. Seulement, devant une faute si grave, c’est pratiquement la première fois que Macky Sall sanctionne des présumés responsables, satisfaisant l’ensemble des citoyens.
Mais cette réaction n’est-elle pas une réplique politique à Wade, le perturbateur, qui s’est invité dans ce scandale, allant même à vouloir prendre en charge le dossier judiciaire de ce scandale qui n’est qu’une opportunité politique pour les gens de l’opposition ?
Et puis, il y a tellement de personnes qui ont commis des fautes, des gaffes et des forfaits sans jamais être inquiétées par l’autorité d’Etat parce qu’étant de l’APR.
Que fait un Chef de l’Etat devant un Directeur général qui imite la signature du PCA de la société qu’il dirige pour bénéficier d’une augmentation de salaire ? Que doit faire un Président de la République qui, aux termes la Loi fondamentale, nomme aux emplois civiles et militaires, et entend un Ministre dire haut et fort que s’il est nommé c’est grâce à la Première Dame ?
Les questions à poser sont longues parce que les Sénégalais ont attendu de nombreuses sanctions contre certaines personnalités responsables politiques dans l’APR qui agacent par leurs fautes et leurs bourdes.
Le Préfet de Dakar, le Directeur de l’Urbanisme, le Directeur régional des Domaines, entre autres, sont ciblés. Mais doit-on également sanctionner des agents des Aéroports de Dakar et mettre à l’abri le Directeur des ADS, loquace responsables politiques à l’APR, et dont la gestion du service qui lui est confié exige enquête et une reddition de comptes parce que décriée partout ?
Si le Directeur de l’Urbanisme, le Directeur régional des Domaines étaient des militants dynamiques et actifs de l’APR comme un Cheikh Kanté ou un Pape Maël seraient-ils vraiment sanctionnés ?
Cette question trouve sa légitimité devant le silence du Président de l’APR, Président de la République, face aux scandales et aux forfaits de certains responsables de son parti bien placés au cœur de l’Etat ou des Institutions.
Dans un Etat démocratique, tous sont égaux quelque soit leur niveau de responsabilité. Les décisions d’adoubement ou de punition à prendre sont de la prérogative du Président de la République qui doit interpréter les actes posés, négatifs ou positifs, non selon des orientations politiques partisanes, non à partir d’une ire circonstancielle provoquée par le vacarme médiatique , mais dans la perspective du bien commun, sans discrimination partisane complice.
Qu’il sanctionne, c’est bien. Mais il y a d’autres à corriger aussi.
Le Piroguier

Rewmi