Révolte à L’APR de Gueule-Tapée-Colobane…Il menace le président du Parti de descendre dans la rue

Le manque de considération et la léthargie de leur parti dans la commune de Fass-Colobane-Gueule Tapée irritent les responsables de l’Alliance pour la République (Apr) de ladite commune. Dans une déclaration faite, hier, Djiby Ndour et ses camarades ont crié leur ras-le-bol et invité le président de l’Apr à considérer d’avantage cette commune. « Notre commune est laissée en rade, alors qu’elle est politiquement sensible. Nous cohabitons avec des dinosaures de l’opposition. C’est le fief de Pape Diop, Seydi Djamil, Seynabou Wade et Moussa Touré. Et malheureusement, face à ces dinosaures politiques, nous sommes désarmés », s’est désolé Djiby Ndour. « On a des responsables qui veulent nous soutenir, mais ils n’ont pas les moyens. Il faut que le président de l’Apr nous fasse sortir de cette léthargie. C’est autour de la personne de Mame Fall que tous se réunissent. C’est elle qui est la responsable des femmes, des jeunes. A chaque fois, c’est à elle qu’on demande. On doit avoir un responsable des jeunes, un responsable des femmes et faire d’elle la coordinatrice de la commune », a-t-il plaidé.

Selon le coordonnateur de la Convergence des jeunesses républicaines (Cojer) de Fass-Colobane-Gueule Tapée, cette léthargie et ce manque de considération leur ont valu une défaite aux locales et au référendum. « A cause de ces situations, l’Apr souffre dans notre commune. Depuis les législatives avec ‘Benno Bokk yakaar’, on n’a rien remporté dans cette localité. Nous interpellons le chef de l’Etat pour qu’il prenne en considération notre commune. Si rien n’est fait dans les jours à venir pour nous sortir de ces situations, nous allons descendre dans la rue pour exprimer notre colère », a-t-il menacé. Et M. Ndour de préciser toutefois : « Ce ne sont pas des menaces, mais c’est une alerte. On a énormément de potentialités au ministère de la Jeunesse. Des financements sont disponibles, il y a de l’emploi des jeunes. Mais les militants de notre commune n’en bénéficient pas. Ils sont exclus dans toutes les procédures, à cause de cette léthargie. Même au niveau de la Cojer nationale, nous ne sommes pas considérés ».