Révision de la Constitution en Gambie, les médias plus libres

Le nouveau ministre gambien de la Justice a annoncé sa volonté d’entamer une révision de la Constitution en vigueur sous l’ex-président Yayha Jammeh pour en éliminer notamment les lois restrictives sur les médias.

Certaines réformes sont des priorités, « particulièrement dans le secteur de la justice criminelle et des lois sur les médias », a déclaré mardi soir M. Abubacarr Tambadou, lors de sa prestation de serment.

Nommé ministre de la Justice par le nouveau président gambien Adama Barrow, M. Tambadou est un ancien procureur adjoint au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Les journalistes étaient harcelés
La Gambie sous l’ex-président Yahya Jammeh était critiquée pour ses atteintes répétées aux droits humains. Les journalistes étaient régulièrement harcelés et poursuivis pour notamment sédition, diffamation ou diffusion de fausses nouvelles, des motifs qualifiés de « fourre-tout » par Amnesty international.

Plusieurs hommes de médias ont également été emprisonnés, contraints à l’exil ou ont disparu sous le régime de Jammeh, venu au pouvoir par coup d’Etat en 1994 et qui a dirigé la Gambie d’une main de fer pendant 22 ans.

La Gambie sort d’une crise à rebondissements de six semaines provoquée par le revirement de M. Jammeh, qui a annoncé le 9 décembre contester la victoire électorale de M. Barrow, une semaine après l’avoir reconnue.

Accueilli le 15 janvier au Sénégal, à la demande de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), Adama Barrow a prêté serment le 19 janvier à l’ambassade de Gambie à Dakar. Peu après, la Cédéao lançait une opération pour forcer au départ M. Jammeh, qui a finalement quitté le pays le 21 janvier pour un exil en Guinée équatoriale.

7sur7.be

Partager