Réplique de Thierno Bocoum à Elhadji Hamidou Kassé: «Je ne suis pas sûr qu’il soit assez intelligent pour parler d’intelligence»

«Je ne suis pas sûr que Elhadji Hamidou Kassé soit assez intelligent pour parler d’intelligence. En atteste sa triste décision de s’éloigner de l’image de l’intellectuel courtois pour s’empêtrer dans le zèle et les écarts.

Sa poésie fumeuse visant à fouetter un ego présidentiel déjà surdimensionné n’est point une réponse à Idrissa Seck mais plutôt un clin d’œil au chef.

A moins qu’il ne se perde dans les méandres du pouvoir, il devrait comprendre qu’il a juste besoin de ses méninges pour jouer son rôle de conseiller et non d’une bave qui a assez dégouliné autour du Président et qui a fini par salir l’image de la République.

Il aurait été intelligent s’il avait évité de choisir et d’exposer des valeurs en les imputant à son nouveau leader alors qu’une simple confrontation avec la réalité suffit pour démasquer une triste démagogie.

La station présidentielle ne crée pas de saints. Elle accueille des hommes et des femmes avec leurs forces et leurs faiblesses. La reconnaissance de privilèges octroyés à une cour ne suffira pas à soulever une baguette magique qui efface les crimes et rend élogieux le passé des bienfaiteurs.

Aux jugements de valeur contre Idrissa Seck, j’opposerai des faits.

En effet, son champion est très loin de la personne qu’il nous présente. Ce n’est certainement pas intelligent de sa part que de chercher à l’installer sur un piédestal factice pour pouvoir mieux le conseiller.

Son champion a été la seule autorité de toute l’histoire du Sénégal à avoir voté sans carte nationale d’identité par la force de ses gardes du corps, en parfaite violation de la loi et des principes démocratiques.

Son Champion est le leader de l’opposition qui a signé un document le 2 février 2012 avec ses pairs en s’engageant à se battre contre la candidature de Wade et qui a trahi sa parole en allant faire campagne.

Son Champion est aujourd’hui le leader incontesté du Wakh wakhate wakhéte pour avoir déshonoré sa parole.

Son Champion est le président qui recycle, qui protège des crimes économiques, qui se renie, fait du chantage et qui menace pour se maintenir au pouvoir.

Faire les éloges de son leader en le comparant à un autre n’est sûrement pas un acte d’intelligence. La perception du ton partisan tue l’objectivité intellectuelle. Et lorsque la courtisanerie s’y mêle, c’est juste le dégoût qui s’installe.

Elhadji Hamidou Kasse et ses semblables doivent savoir que se défouler sur Idrissa Seck ne fera pas de Macky Sall une référence.

Qu’ils concentrent leur énergie sur les préoccupations des populations.»

1 Comment

Les commentaires sont fermés.