Remplacement de Ousmane Ngom à l’Assemblée : le Pds a tort sur toute la ligne face à Aliou Sow

Il a une position tranchée. L’ancien président de la Commission des lois sous la 11eme législature de 2007 à 2012 est formel sur la question de la succession de Me Ousmane Ngom, député démissionnaire à l’Assemblée nationale. «Le Parti démocratique sénégalais (Pds) a tort de dire que le problème de la succession de Ousmane Ngom à l’Assemblée nationale devait être réglé au niveau des instances.»

Interpellé par le journal «Sud quotidien» sur le dernier Comité directeur du Pds qui récuse Aliou Sow pour prendre le poste vacant de l’ancien libéral à l’Assemblée, Me Abdoulaye Babou se plonge dans le règlement intérieur de cette institution. Il détaille : «L’admission ou non de Aliou Sow ou de quelqu’un d’autre est réglée par le règlement intérieur de l’Assemblée nationale. Et il est le seul habilité à statuer sur le cas d’un député.»

Se prononçant sur la succession de Ousmane Ngom, Me Babou a noté que le fait que Aliou Sow ait publiquement dit qu’il n’est plus membre du Pds n’y change rien parce que, justifie-t-il, sa démission de cette formation politique a été faite hors de l’Assemblée nationale, alors que le règlement intérieur ne s’applique qu’aux députés qui sont déjà installés à l’Assemblée nationale.