Quelle politique pour maintenir les jeunes casamançais au terroir ?

La Casamance est par excellence une région où la nature est particulièrement généreuse. La pluie, les ressources forestières, les cours d’eau, un climat propice, les ressources humaines entre autres sont autant de potentialités que Dieu a bien voulu mettre gracieusement à la disposition du Sénégal dans sa partie sud. Malheureusement, elles sont non, peu, mal ou pas du tout exploitées. Conséquence, les fruits comme les manques pourrissent entre les mains des producteurs. Ce sont les femmes les plus dynamiques qui tentent de sauver ce qui peut l’être en bazardant ces fruits dans les marchés ou tout simplement au bord des routes. L’état promet et ne fait rien depuis toujours. Aucun dispositif n’est mis en place pour valoriser toutes ces potentialités. Ce manque de volonté politique fait qu’il n’y a aucune offre d’emploi pour les jeunes. Ces derniers préfèrent vider les villes et les villages pour aller chercher du travail dans d’autres localités, Dakar notamment. C’est également cet exode rural qui conduit certains vers le chemin de la mort, l’émigration clandestine. Parmi les victimes de vagues d’eau sur la méditerranée, on compte beaucoup de jeunes issus de la partie sud. Les campagnes de sensibilisation contre l’exode rural et l’émigration clandestine ne serviront absolument à rien du tout si les gouvernants n’arrêtent pas le politique politicienne qui consiste à faire rêver les populations par des promesses jamais tenues. De toute façon personne ne pourra arrêter ces jeunes car ils sont obligés, par cette mauvaise politique, d’aller trouver de meilleures offres ailleurs.
L.Badiane pour xibaaru.com

1 Comment

  1. J’adhère entièrement à cette analyse. La Casamance a d’énormes potentialités. Actuellement, les mangues pourissent au bord des routes et les indiens viennent acheter les noix de cajou à vil prix. Pourquoi ne pas organiser des coopératives qui pourraient transformer et commercialiser tous ces produits, créer des emplois sur place, etc…

Les commentaires sont fermés.