Quand « Bennoo Bokk Yaakaar » divise les partis alliés de l’APR…

Par Amadou DIOUF

« Bennoo Bokk Yaakaar » est une coalition d’ambitions et d’intérêts divergents mal contenus. Les leaders des partis qui la composent, malgré cette évidence, tentent de maintenir une union de façade qui ne trompe plus personne. Aucun fondement programmatique ne lie les alliés de « BBY », sinon le désir insatiable de goûter encore et encore aux délices du pouvoir qui a pris le pas sur la farouche volonté de faire partir le Président Abdoulaye Wade. Cela au détriment de leurs propres formations politiques qui subissent les effets pervers de cette alliance faite d’intérêts cryptopersonnels.

En effet, l’alliage « BBY » a provoqué une cassure au sein des partis alliés de l’APR avec d’un côté ceux qui sont dans le gouvernement ou qui en bénéficient indirectement des privilèges et, de l’autre, ceux qui sont laissés au bord de la route ou qui n’entendent pas sacrifier leurs ambitions sur l’autel des intérêts de leurs chefs de parti et de ses ouailles.

Au PIT, Ibrahima Sène n’hésite jamais à cogner à bras raccourci sur le pouvoir. Au moment où son mentor, Amath Dansokho, est sagement assis au banquet présidentiel. Sa sortie récente contre le pouvoir n’est en réalité qu’un épiphénomène visant à masquer une évidente réalité comme le nez au milieu de la figure.

Même scénario à la LD. Quand la direction du parti, sous la férule de Mamadou Ndoye, émet des critiques défavorables au régime du Président Macky Sall, la ministre Khoudia Mbaye tresse des lauriers à ce dernier à la première occasion. Elle a limogé, sans regrets, son Directeur de cabinet et non moins porte-parole de la LD, Moussa Sarr, qui a eu l’outrecuidance de s’insurger contre la présence envahissante de la famille du président de la République dans la gestion des affaires de l’Etat. Seydou Sy Sall, pour sa part, a quitté la LD dès les premières heures de la seconde alternance, répondant à l’appel du pôle de Diamniadio dont il est aujourd’hui le Délégué général.

Au PS, le fossé se creuse de plus en plus entre ceux qui, à l’instar de Me Aïssata Tall Sall et Khalifa Sall, sont contre l’alignement systématique de leur parti derrière le Président Macky Sall et Ousmane Tanor Dieng et ses affidés qui ne veulent pas perdre les privilèges que leur confèrent leur posture dans l’appareil d’Etat ou leur proximité avec le pouvoir. Quand Wilane soutient Aliou Sall pour le poste de Président de l’Association des maires du Sénégal (AMS), Aminata Mbengue Ndiaye défend, sans complexe, le Président Macky Sall contre ses propres camarades de parti.

L’AFP, pour sa part, a complètement implosé. Son numéro deux, Malick Gakou, a décidé de faire cavalier seul en mettant sur pied sa propre formation politique suite à l’avilissant acte d’allégeance de Moustapha Niasse qui a décidé que son parti n’aura pas de candidat à la prochaine présidentielle.

La saignée n’est pas finie. L’ogre « BBY » va bouffer tous les alliés de l’APR avant de disparaître. L’appétence provoquée par le pouvoir est passée par là. Cela le Président Macky Sall le sait, qui joue avec le temps.