Présidence de l’Uemoa : Les vraies raisons de la démission de Cheikh Hadjibou Soumaré

Le président de la Commission de l’Uemoa, Cheikh Hadjibou Soumaré, a annoncé hier, jeudi, qu’il comptait démissionner de son poste, à compter du 1er décembre, pour convenances personnelles. « J’ai mûrement réfléchi avant de rédiger deux lettres. Une adressée au président de la République pour lui demander de me décharger des fonctions de commissaire du Sénégal à l’Uemoa. La deuxième lettre que j’ai adressée au président de la Conférence des chefs de l’Etat pour demander aux chefs d’Etat de me libérer de mes charges du président de la Commission de l’Uemoa », a-t-il dit.

Cheikh Hadjibou Soumaré a fait cette déclaration sur la la Radio télévision sénégalaise (RTS, publique), au sortir d’une audience avec le président de la République, Macky Sall. L’ancien Premier ministre affirme qu’il n’est plus dans les dispositions de pouvoir continuer le travail à la Commission de l’Uemoa. « J’ai demandé au chef de l’Etat de pouvoir reprendre la liberté à compter du 1er décembre », a-t-il ajouté, selon l’agence de presse sénégalaise.

Selon les informations relayées par la Rfm, le Sénégalais a décidé de quitter son poste à la suite d’un accrochage verbal qui l’aurait eu avec le ministre nigérien de l’Economie et des Finances. En effet, lors de la dernière Conférence des ministres de l’Economie et des Finances de la zones Uemoa, ce ministre Nigérien aurait tenu des propos discourtois à son égard. Même s’il avait décidé, dans un premier temps de passer l’éponge après que ce dernier ait retiré ses propos, la pilule était trop amère à avaler, selon le journal pour M. Soumaré. Résultats des courses : il a décidé tout bonnement de rendre le tablier.

Il faut signaler que le Sénégal et le Niger se disputent le poste de président de la Commission de l’Uemoa. La tension s’est exacerbée depuis le sommet tenu à Cotonou (Benin) en début d’année. La partie nigérienne avait brandi un document dans lequel l’ancien président de la République, Abdoulaye Wade, acceptait de leur céder le fauteuil de président de la Commission au nom du principe de la rotation. Seulement, le Président Macky Sall avait affirmé une position de principe à savoir que le Sénégal devrait occuper le poste de vice-gouverneur de la Bceao en contre-parti de la présidence de l’Uemoa.