Pourquoi la coopérative militaire veut expulser 75 familles de militaires ?

Soixante-quinze familles de militaires et d’anciens militaires, valides ou invalides, sont menacées d’expulsion de leurs maisons dans la cité de « terme sud » à Ouakam. La Cour d’Appel de Dakar a ordonné la restitution d’une partie du terrain où elles habitent à la Coopérative militaire de construction (COMICO).

Cette décision a été prise le 21 avril. Elle prend le contrepied de celle rendue en première instance par le tribunal correctionnel de Dakar, qui a débouté la COMICO dans sa volonté de faire expulser les familles en question pour récupérer le terrain litigieux sur lequel sont bâties des maisons où vivent, depuis plus de 30 ans pour certains, de nombreuses familles de militaires en activité et de retraités de l’Armée.

Interrogé dans le journal L’AS de ce mercredi, Alassane Hanne, le porte-parole des familles visées, ne décolère pas. Il considère que la décision de la Cour d’Appel est « injuste et incompréhensible ». Dans la mesure où, ajoute-t-il, « des solutions justes étaient en cours d’élaboration suite à la décision en première instance du Tribunal correctionnel de Dakar ».

Les habitants de Terme sud, constitués en coopérative, avaient demandé et obtenu en 2000 de l’État l’attribution des terrains en question. Lesquels, selon Hanne, ne sont plus la propriété de l’Armée depuis 1994. Le porte-parole des habitants de Terme sud propose que la surface non bâtie, « qui est deux fois plus grande », soit attribuée à la COMICO et que leurs maisons leur soient laissées. Lui et ses camarades d’infortune prévoient de faire face à la presse jeudi.