Pape Samba Mboup en colère contre un fait de corruption avérée dans l’Etat…Il demande àl’OFNAC de…

Dans une de ses éditions, « Le Témoin » quotidien avait révélé  l’histoire de la  villa  n° 18 sise rue Brière de l’Isle en plein Dakar-Plateau et classée patrimoine historique qu’une famille sénégalo-libanaise compte transformer en immeuble R+11 alors qu’une telle hauteur est interdite dans la zone. Cette prestigieuse villa a été vendue par l’ancien ministre Pape Samba Mboup qui, après l’avoir occupée pendant tout le temps qu’a duré sa présence à la présidence de la République, l’a « bradée » à la suite de la survenue de la seconde Alternance. A en croire l’ancien ministre Pape Samba Mboup, en colère, dans une longue interview accordée au journal « Le Témoin »,  s’il a été emmené à vendre sa villa, c’est parce qu’il n’avait pas obtenu l’autorisation de rénover cette propriété, encore moins de la retaper. «  Comment peut-on me refuser une telle autorisation que l’on a accordée à des sénégalo-libanais alors que je suis sénégalais de souche, de père et de mère. Mine de rien, j’ai eu à servir mon pays et mon Etat avec loyauté. Pourtant, j’ai eu à trouver des partenaires qui étaient prêts à ériger ma villa en immeuble R+11 comme tout le monde. Mais, à chaque fois, mes partenaires et banquiers tombent sur la loi protégeant les villas et sites classés. Donc, on m’a poussé à brader ma villa pour acheter une maison ailleurs comme si j’étais un voisin voire un citoyen encombrant qui n’avait pas le droit d’habiter dans cette zone. Mon seul regret, c’est d’avoir vendu un cadeau que Me Abdoulaye Wade m’avait offert. Et je profite de l’occasion pour demander à l’Ofnac de s’autosaisir pour tirer cette affaire au clair et connaitre les dessous de cette autorisation. Car, dès lors que nos compatriotes « libanais » ont un projet de construction d’un immeuble R+11, c’est parce que la villa a été déclassée. Un déclassement qu’on avait refusé à moi, Pape Samba Mboup ! » a-t-il déploré dans les colonnes du « Témoin ».

 

1 Comment

Les commentaires sont fermés.