Ousmane Sonko déjà « prisonnier politique »…Avant même d’aller en taule

De l’avis du président de la section sénégalaise d’Amnesty international, la convocation du leader du parti « Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef) au conseil de discipline de la Fonction publique va à l’encontre de la gestion sobre et vertueuse prônée par l’actuel régime. Interpellé par nos confrères deSud quotidien sur l’audition avortée de l’inspecteur principal des impôts et domaines devant ce tribunal des fonctionnaires de l’État pour violation de son droit de réserve, Seydi Gasama a qualifié cette démarche des autorités de «tentative de liquidation professionnelle d’un prochain adversaire politique». Qui plus est, le droit-de-l’hommiste n’a pas manqué de prévenir que si l’État du Sénégal radie et envoie Sonko en prison, il sera considéré comme un prisonnier d’opinion.

 « Le président Macky Sall doit encourager, si réellement sa volonté de promouvoir la gestion sobre et vertueuse est réelle. Il doit donc encourager et promouvoir les hommes comme Ousmane Sonko. Malheureusement, nous assistons à une tentative de persécution, une tentative de liquidation professionnelle d’Ousmane Sonko en tant que prochain adversaire politique. J‘espère donc que tous les militants des droits humains et de la bonne gouvernance, de la transparence, nous tous allons nous unir pour justement dénoncer cette volonté de liquidation de l’Etat du Sénégal.

Il n’est pas question que nous laissions Sonko vivre le même sort que celui qu’a subi le colonel Abdoulaye Aziz Ndao de la Gendarmerie, le commissaire Keita de la Police et Nafi Ngom Keita de l’Ofnac. Tout simplement parce qu’il n’y aura plus personne pour dénoncer les malversations dont sont responsables les membres du système. Ce qui sonnera la mort de la lutte contre la non-transparence et les crimes économiques dans ce pays. 

C’est pour cela que nous considérons Sonko comme un Edward Snowden qui fut un fonctionnaire du gouvernement américain. C’est en qualité de fonctionnaire qu’il était au courant des informations qu’il a délivrées. Pour nous donc, il est un lanceur d’alerte et si l’État du Sénégal le radie et l’envoie en prison, il sera pour nous un prisonnier d’opinion. » a-t-il dit dans les colonnes de Sud…

1 Comment

  1. SONT DES MANIPULATEURS HORS CLASSE ,DAF SA BOUNE FANG TE DARA DOULATHJI FEK AMOUL FEN

Les commentaires sont fermés.