Ousmane Ngom ressuscite le PLS et se lance dans la course à la Présidentielle de 2017…Sacré Oussou Bébé !

L’ancien ministre d’Etat, Me Ousmane Ngom, qui rêvait diriger le PDS, après leur chute brutale de 2012, va relancer les activités de son ancien parti politique le PLS (Parti Libéral Sénégalais) au mois de juin. Il va profiter de cette rencontre pour annoncer sa candidature à la prochaine présidentielle qui doit se tenir en 2017 ou 2019.
Depuis l’investiture de Karim Wade, comme candidat du PDS, à la prochaine présidentielle, les principaux lieutenants de Me Ousmane Ngom s’activent à relancer leur mentor au-devant de la scène politique. Pour ce faire, un grand rassemblement est prévu, en juin. Notre source révèle que l’ancien tout puissant ministre de l’intérieur du président Abdoulaye Wade va annoncer sa candidature à la prochaine présidentielle dont la date exactement n’a pas encore été fixée. Après avoir perdu la direction du PDS, le futur secrétaire général du parti libéral sénégalais (PLS), Me Ousmane Ngom, à travers cette candidature, refuse de se faire enterrer politiquement et compte se battre jusqu’au bout. Il est connu pour avoir incarné l’aile dure du PDS. Un farouche opposant au dialogue, d’avis que tout se règle sur le terrain de l’affrontement. Mais, derrière cette candidature, il veut aussi défier le PDS, qui a choisi Karim Wade comme son candidat. Un mauvais choix, selon un proche de Me Ngom. Il se dit même que de hauts dignitaires du PDS seraient de mèche avec Me Ngom pour lancer en grande pompe cette candidature.
Selon le site Leral.net, une réunion importante et de haut niveau s’est tenue ce week-end à Keur Massar pour tout planifier. La réflexion est engagée et pourrait déboucher sur une assemblée générale annoncée pour le 30 juin 2015, laquelle date marque aussi la date de la reconnaissance officielle du PLS en 1998. Pourra-t-il relever le défi de battre le président Macky Sall à la prochaine présidentielle ? En tout cas, nombre d’observateurs doute de sa force de frappe. Me Ousmane Ngom fait partie des anciens dignitaires visés par la traque des biens mal acquis. D’ailleurs, soupçonné d’avoir transigé avec la Crei, pour échapper à la prison, il s’était fendu d’un cinglant démenti.
Rewmi