Nafi Ngom débarquée…La plainte contre Aliou Sall dans les tiroirs

Suite au limogeage de Mme Nafi Ngom Keita, la présidente de l’Observatoire Citoyen pour la défense des institutions (OCDI) a son opinion sur la question. «C’est avec une grosse inquiétude que nous avons appris le limogeage de Mme Nafi Ngom Keita à son poste de Président de l’Office National Anticorruption (OFNAC). Certes les hommes passent et les Institutions demeurent, mais on souhaiterait connaître les raisons qui motivent le limogeage suspect de cette brave dame » a déclaré Mme Hawa Abdoul Ba.
Selon elle, la fin du mandat de Mme Nafi Ngom «ne saurait être une explication valable d’autant plus que d’autres personnes ont vu leur mandat renouvelé plusieurs fois».
«Notre inquiétude est aussi justifiée par les plaintes qui visent des proches du Chef de l’Etat et qui risquent de n’avoir aucune suite. Nous sommes convaincus que le pouvoir veut stopper les poursuites contre Alioune Sall et Lamine Diack » martèle-t-elle.
La présidente de l’Ocdi est plus que jamais «engagée dans la lutte contre la corruption et la mal gouvernance dans notre pays ». Enfin, Mme Hawa Abdoul Ba n’a pas manqué de féliciter la nouvelle présidente de l’OFNAC. Elle compte «dès son installation, lui adresser une lettre de relance concernant notre plainte sur l’affaire Lamine Diack et ses complices ».

1 Comment

  1. Rappelons nous.
    1/ Rappelons nous PSE: Macky annonce et fait annoncer plus de 3 800 milliards « obtenus », soit plus de 300 % des besoins. Et quand les sénégalais tardent à voir le signe, la réalité du moindre milliard, la solution a été simple. C’est le ministre des finances qui a été envoyé au devant des médias pour lancer une série de titres. Ce furent des « 15% des financements du PSE mobilisés », « 25% mobilisés », « 40% mobilisés », « 63% mobilisés ». Si j’ai bonne mémoire, c’est à 63% qu’ils ont arrêté la machine de production de titres. Ils ont dû faire l’évaluation de la production médiatique, en sont arrivés à la conclusion que le travail est bien fait, que les moutons sont bien attachés, et ils passèrent à autre chose. Les gens ne se sont pas intéressés sur le sens du mot « mobilisés » utilisé par le ministre des finances. Sûrement que Macky ayant affirmé que plus de 3 000 milliards sont acquis, le ministre devait trouver un autre mot de formatage des cerveaux tout en évitant de faire douter sur l’acquisition. La réalité est que « acquisition » suivi de « mobilisation » n’ont pas évité l’urgent besoin de finances qui a entraîné l’émission de bons de trésor et les emprunts obligataires. Le pouvoir de Macky reste donc le seul qui peut dire « j’ai en poches » et ajouter que « les poches sont vides ». Ses Madiambal répéteront toujours que c’est bien possible.
    2/ Milliards des conseils des ministres décentralisés.
    Après avoir promis, au bout d’un marathon de plus de 10 conseils des ministres dans les différentes villes, le peuple sénégalais a commencé à comprendre qu’il n’y a que des promesses. Et pire, il y a même eu des mensonges avérés. Pour pouvoir continuer d’utiliser la même stratégie des promesses de milliards, tout en faisant des tournées de campagne électorale permanente, le PM fut lancer au devant des médias pour lancer une série de titres. Et ce furent des « milliards promis à Kaolack, X% investis dans des projets », « à Matam, X % décaissés », « à Thiès, X % investis », etc. Et dés lors, le chemin semble baliser pour permettre à Macky d’ajouter encore quelques 2 000 milliards de promesse. Et tout de suite le Madiambal est chargé d’un « Du financement en veux tu en voilà ». A la fin de cette nouvelle campagne de titres, une évaluation du travail médiatique sera faite, voir si les moutons sont bien attachés, pour passer à autre chose.
    Ceux qui ont l’habitude de me lire savent que dés 2012 je répétais que des disciple de Crowley étant arrivés au pouvoir, le Sénégal va vivre pleinement la magie médiatique. Je répétais « votre ventre sera vide, mais on vous persuadera qu’il est plein.
    Les affirmations du pouvoir de Macky n’existeront pas dans la réalité, mais ils feront florilège dans les médias. Et c’est qui explique que Macky Sall n’ait besoin que de journalistes, communicants et griots. Ces gens sont convaincus qu’on tient les peuples par les médias.

Les commentaires sont fermés.