Moustapha Diakhaté : « Karim WADE vient encore de montrer cruellement qu’il n’a aucune considération pour le Sénégal »

1. Après avoir appelé la France à r rescousse pour réprimer les émeutes de l’électricité en 2011 ;
2. Après avoir demandé à la justice américaine, française, africaine de trancher le débat sur la légalité de la CREI, Karim WADE récidive en attrayant le Sénégal devant la justice française. QUELLE HONTE !
M. Karim WADE vient encore de montrer cruellement qu’il n’a aucune considération pour le Sénégal et les Sénégalais. Qu’à cela ne tienne!
Les confusions et les puériles manipulations médiatico-politiciennes ne peuvent pas se substituer aux tribunaux de notre pays. C’est devant la justice de notre pays que se traitent les affaires de M. Karim WADE. Les tentatives d’internationalisation d’une affaire qui a l’autorité de la chose jugée, d’implication d’une justice étrangère dans les turpitudes d’un citoyen sénégalais, sont irresponsables et scandaleuses.
C’est Karim WADE qui avait mis en place un système qui a sans cesse confondu ses intérêts personnels et ceux de son clan familial avec les affaires de l’Etat.
C’est Karim WADE qui est visé par des enquêtes judicaires, pas notre pays et son Président de la République. C’est Karim WADE qui doit répondre de ses actes, pas le Président de la République et son gouvernement!
La théorie farfelue de la détention arbitraire n’a qu’un but : salir notre République, jeter le discrédit et la suspicion sur le travail et l’indépendance des magistrats de notre pays.
Calomnier, calomnier, il en restera toujours quelque chose ! C’est la veille recette qu’a toujours utilisée Abdoulaye WADE quand il était dans l’opposition et il continue d’en abuser quand il y est retourné pour se dépêtrer, hier, des affaires d’assassinat d’un membre du Conseil constitutionnel, de meurtres policiers et, aujourd’hui, de la condamnation de son fils pour enrichissement illicite.
C’est une faute indigne.

Fait à Dakar, le 03 février 2016
Moustapha DIAKHATE
Président
GROUPE PARLEMENTAIRE
BENNOO BOKK YAAKAAR

1 Comment

Les commentaires sont fermés.