Moustapha Diakhaté insulte encore un leader politique de…Violeur

Décidément, Moustapha Diakhaté a la dent dure. Devant les plateaux de la Sen Tv et de la Rts, le président du Groupe parlementaire n’a pas encore raté le radié de la fonction publique, Ousmane Sonko qu’il a pris le soin de ne prononcer en aucune occasion son nom. 

“Il a violé quatre (4) principes fondamentaux: le Code des impôts et domaines, la loi portant statut des hauts fonctionnaires, le Code pénal et le Code de déontologie des agents de la Direction générale des impôts et domaines”, lâche-t-il.

Moustapha Diakhaté considère que les propos de l’ancien Inspecteur des Impôts et Domaines sont apparentés à de la délinquance:  « abdiquer devant une délinquance aussi avérée, c’est instaurer la chienlit dans la fonction publique », clame ce dernier, arguant que Sonko ment en affirmant que les députés sont de mauvais payeurs. Il pousse le bouchon en disant que le révoqué  a utilisé des informations qu’il a obtenues du fait de sa position d’inspecteur des impôts pour dénigrer d’honnêtes citoyens. « Je préfère sauver la République qu’avoir des soucis d’avoir un opposant », rassure-t-il.

« On nous demande de faire le mort, de fermer les yeux et les oreilles. Cela va installer la chienlit. Il faut veiller sur la République et veiller sur la République, c’est veiller sur l’administration, la fonction publique, l’armée. On peut avoir de mauvais politiciens, mais ce serait la catastrophe si on avait de mauvais douaniers, de mauvais militaires, une mauvaise administration, une mauvaise fonction publique“, s’inquiète Moustapha Diakhaté.

« Laisser une personne commettre autant de fautes et ne rien faire, c’est installer la chienlit dans la fonction publique. Cela peut précipiter le Sénégal dans le chaos. Je préfère la violence à la couardise ». Il est heureux, dit-il, que notre pays soit dirigé par des hommes et des femmes courageux. Si c’est cela, la dictature, oui… », infirme ce dernier