Mimi Touré ne lâche pas Karim…Elle le voit partout, à Singapour en 2014 et au Panama en 2016

Aminata Touré sur le «scandale» de Panama Papers : «C’est la preuve que le procès de Karim Wade et ses complices était bel et bien juste»

L’ancien ministre de la Justice du Sénégal considère qu’il y a un lien entre  le «scandale » de Panama Papers et la traque des biens mal acquis dans à l’issue de laquelle Karim Wade et Cie sont envoyés en prison. Les révélations de Panama Papers ont débusqué 20 milliards de F Cfa planqués dans des sociétés offshore par Mamadou Pouye, ami d’enfance de Karim Wade. «C’est une excellente pour la justice sénégalaise et le contribuable sénégalais. Et, c’est la preuve que le procès de Karim Wade et ses complices était bel et bien juste et équitable », a-t-elle jubilé à travers les clones du journal L’Observateur. A ses yeux, ceux qui disaient qu’il s’agissait d’une chasse aux sorcières, tout comme ceux qui parlaient de violation des droits de Karim, ont maintenant la preuve par neuf qu’il y a eu «enrichissement illicite». «Maintenant, il s’agit de recouvrer ces 20 milliards dans le cadre de l’exécution du jugement de la Crei. Il faudrait d’ailleurs ouvrir une enquête judiciaire pour poursuivre cette piste panaméenne à milliards», a-t-elle exhorté.

3 Comments

  1. Mais qu’est ce que les Mimi Touré et leur presse d’abêtissement appellent preuve ? Même si nous leur concédons la ridicule stratégie du médecin après la mort, même si nous acceptons qu’ils trouvent les preuves après la condamnation, c’est quoi leurs preuves actuellement ? Les « fuites » Panama papers qu’ils s’échinent tant à faire mousser n’ont sorti qu’une et une seule information: Pape Mamadou Pouye a monté trois sociétés et ouvert donc trois comptes à Panama. C’est tout. Qu’il est ami d’enfance de Karim est une information ajouté en dehors des « fuites » Panama papers. Qu’il y a telle ou telle autre relation avec DPW, qu’il y ait virement de tant de milliards ou retraits, qu’il y ait transfert d’un point à un autre de milliards, qu’il y ait signature (qu’on précise secrète) de tel ou tel contrat, sont des informations ajoutés ici au Sénégal, hors des fuites Panama papers. Et ces informations ajoutées, ici, pouvaient se faire sans attendre des fuites Panama papers.
    Alors, c’est quoi les preuves de Mimi Touré ?
    Le montage de sociétés par Mamadou Pouye et l’ouverture des comptes a Panama ont été traité par la CREI en 2013. Alors qu’est ce qu’il y a de nouveau qui vaut tant l’activisme et l’abonnement dans les médias de la nouvelle envoyée spéciale auprès de Karim Wade ?
    Le menteur, dit l’autre, ne mesure pas l’ampleur de sa tâche. Parce que pour chaque nouveau mensonge, il lui faut en fabriquer 100 pour soutenir le premier. Mimi Touré et ses semblables sont des gens en prison pour la vie. Ils ont bien compris le gouffre dans lequel ils se sont mis par le mensonge et la foi en une possibilité de faire triompher ce mensonge par la répétition des médias. Mais là ils ont choisi une activité pour toute leur vie. Parce que le mensonge est un ogre. Son entretien nécessite une gargantuesque alimentation quotidienne. Et il faut que les Mimi trouvent cette alimentation sinon l’ogre meurt à l’instant qui suit. Mimi et ses semblables sont des gens en prison. Elle vieillira toujours obligée de profiter d’un éclipse lunaire, par exemple, pour courir devant les télés répéter que c’est là une preuve divine qu’il y a eu enrichissement illicite et que le procès était équitable.

  2. Si on résume les paroles de Mimi on peut dire qu’elle reconnaît que jusqu’ici on avait jugé et emprisonné Karime sans avoir de preuve. Et que c’est maintenant qu’ils commencent à avoir un soupçon de preuve dont personne n’est sûre à part le Sénégal. Ce qui signifie qu’au Sénégal on peut emprisonner sur la base de simple supposition. Imaginons que le droit sénégalais donne à tout magistrat le pouvoir d’emprisonner un citoyen sur la base d’une simple supposition pendant une durée indéterminée. Ce serait une insécurité totale qui pèserait sur la tête de chaque citoyen. Ce type de situation existe dans certains pays actuels comme la Corée du nord où la population doit montrer ouvertement son admiration au père du peuple pour ne pas être indexé comme opposant.

Les commentaires sont fermés.