Me Wade et le PDS à la chasse aux réformateurs…Le groupe de Fada menacé par une exclusion générale

En effet, depuis déjà juin dernier, les spéculations sur le limogeage de Modou Diagne Fada et compagnie allaient bon train. Pour donner un coup de frein à l’élan emprunté par les «frondeurs», une réunion du Comité directeur (Cd) a été convoquée le 4 juin, puis reportée au 9 du même mois. Pour cause, le président du Conseil départemental de Kébémer avait fait faux bond à ses camarades. La rencontre du Comité directeur avait pour ordre du jour les cas Modou Diagne Fada, Aida Mbodj et Cie. Ce n’était toutefois que parti remise car les mis en cause ont tout bonnement refusé de se présenter, exigeant au préalable une rencontre avec le ‘’Pape du Sopi’’, pour discuter du contenu du mémorandum qui lui a été remis.
Un face-à-face avec Wade, à son domicile, a été ainsi programmé le 10 juin dernier. Lors de cette confrontation qui s’est terminée en queue de poisson, les «réformateurs» ont été traités de tous les noms d’oiseaux. Se sentant humiliés et déplorant le format choisi par l’ancien chef de l’Etat pour régler le différend, notamment la présence de militants et de la presse, Fada et cie ont préféré boudé la réunion. Il s’en est suivi un déballage sans précédent. Farba Senghor, ancien ministre sous Wade, accusa à cette occasion Fada de «tricheur», mais aussi de «corrompu». Selon le chargé de la propagande du Pds, le chef de file des frondeurs aurait reçu de l’argent de Macky Sall pour déstabiliser le parti libéral. Des voies se sont levées par ailleurs ce jour-là pour réclamer l’exclusion définitive de Fada et sa bande pour connivence avec l’adversaire. Pour ces propos, jugés «diffamatoires», Fada sert à Farba Senghor une citation à comparaitre.
LE DIVORCE, VIA L’ASSEMBLEE
Pour calmer les ardeurs du groupe des réformateurs, le ‘’Pape du Sopi’’ opte alors pour la réduction de la marge de manœuvre de Fada. Ainsi donc, il a décidé de le remplacer à la tête du groupe parlementaire des Libéraux et démocrates par l’une des cosignataires du mémorandum, en l’occurrence Aïda Mbodj, présidente du Conseil départemental de Bambey. La suite est connue de tous. Modou Diagne Fada et Oumar Sarr déposent chacune une liste pour la constitution d’un groupe parlementaire libéral, lors du renouvellement 2015-2016 du bureau de l’Assemblée nationale. De fil en aiguille, le bureau de l’Assemblée, sous label majorité présidentielle, vote pour Fada et déboute la liste Oumar Sarr. En réaction à la rébellion de l’ancien ministre libéral de la Santé intronisé par Moustapha Niasse et cie président du groupe parlementaire de l’opposition, le Pds l’évince de ses rangs, tout en fustigeant urbi et orbi le putsch dont il est victime de la part du camp au pouvoir.

Sud Quotidien

2 Comments

  1. MAIS AIDA MBODJ EST SIGNATAIRE ET ELLE N’A JAMAIS ACCEPTER LA CANDIDATURE DE KARIM WADE .
    AUJOURD’HUI ELLE S’EN PROFITE PARCEQUE KARIM EST EN PRISON ,ABDOULAYE WADE DANS UN ETAT DE CONFUSION ET LE RESTE SONT DES NULLARDS .
    LA FAUTE DE ABDOULAYE WADE C’EST DE DONNER LA POSSIBILITE A DE CROIX DE DIRIGER L’OPPOSITION ,QUELQUìUN QUI N’A RIEN PROUVE QUAND IL ETAIT DANS LE POUVOIR OU DANS L’OPPOSITION ET VOILA LES RESULTATS MES FRERES

  2. AIDA MBODJ A FAIT DES PETITIONS POUR AVOIR L’ATTENTION DE ABDOULAYE WADE.
    AIDA MBODJ A CREE UN MOUVEMENT EN DEHORS DU PARTI SANS L’AUTORISATION DU PARTI
    AIDA MBODJ EST SIGNATAIRE AVEC LES REFORMATEURS ET LES A TRAHI
    AIDA MBODJ AVAIT REFUSE D’ETRE PRESENTE DURANT L’INVESTITURE DE KARIM
    AIDA MBODJ A CONVOQUE UNE ONFERENCE DE PRESSE POUR CONTESTER LA DECISION DE ABDOULAYE WADE
    AIDA AVAIT ACCUSE SES CAMARADES DE PARTI SURTOUT CEUX QUI SONT AU CERLE MAGIC DU VIEUX
    AIDA MBODJ A COMBATTU DES FEMMES DU PARTI
    AIDA EST TOUJOURS A LA REHERCHE D’UN APPAREIL ELETORAL
    AIDA MBODJ N’A JAMAIS SOUTENU PUBLIQUEMENT LA CANDIDATURE DE KARIM WADE .
    AIDA MBODJ QUI EST FANTOME AUJOURD’HUI ?

Les commentaires sont fermés.