Me Ousmane Ngom : Entre déballage et courtisanerie… sur les traces d’un homme politique au parcours tumultueux…

Son visage est bien familier à tous ceux qui s’intéressent un tant soit peu à l’univers de la politique au Sénégal. Sa personne a transcendé bien des régimes avec des postures changeantes. De Diouf à Wade en passant par Macky, l’homme aura incontestablement symbolisé le prototype d’homme politique versatile avec la transhumance en bandoulière.

Me Ousmane Ngom, puisque c’est bien de lui qu’il s’agit, après avoir accusé Macky Sall de blanchiment d’argent et de collusion avec des puissances étrangères en vue de déstabiliser le régime Wade, s’est actuellement transformé en un thuriféraire zélé de l’Homme fort du pouvoir. Aujourd’hui, c’est son ancien mentor Abdoulaye Wade qui subit ses affres avec des déballages, à tout le moins, fracassants.

Le langage des hommes politiques n’est trop souvent que l’appât mis à l’hameçon aurait pu dire l’éminent penseur Sosthène de La Rochefoucauld.
A la découverte d’un homme politique au parcours tumultueux…

Quand Ngom perpétue sa « tradition »…

Le feu des projecteurs s’était un peu détourné de lui. Mais, les deniers actes qu’il vient de poser, en démissionnant de l’assemblée nationale et en accusant l’ancien président Wade, d’avoir voulu confisqué le pouvoir en 2012, braquent, à nouveaux, les caméras sur l’ancien ministre de Wade et nouvel allié de Macky.

«J’ai décidé de démissionner de mon poste de député à l’Assemblée nationale, parce que j’appartenais au courant libéral et puisque lors du référendum dernier, j’ai appelé à voter Oui, alors qu’au Pds, on a voté Non, je ne pouvais plus rester député pour le compte du Pds». C’est par cette boutade que l’ancien 1er flic du Sénégal avait tenté de justifier sa démarche «honorable» après avoir démissionné de son poste de député à l’assemblée nationale .

Récemment, jetant le pavé dans la marre de son ancien mentor, Me Ousmane Ngom dira de lui: « Je lui ai demandé d’appeler Macky Sall pour le féliciter, il m’a dit ‘dumako def ! ».

Sauf à être frappé d’amnésie, il n’est pas possible d’ignorer que le nouveau «défenseur» de Macky ne fait que perpétuer ce qui est chez lui, une tradition.

Un homme toujours aux aguets derrière le pouvoir…

Ancien ministre du Travail puis de la Santé sous Abdou Diouf, Ousmane Ngom qui était le numéro 2 du Pds en son temps, n’avait pas hésité à déposer ses baluchons au Parti Socialiste au grand dam de l’opposant Abdoulaye Wade. Cynisme politique ou ironie de l’Histoire, notre homme retournera au bercail, c’est à dire au PDS qu’il avait quitté en 1998 après que celui-ci eut réussi à conquérir le pouvoir.

Plus tard, en 2003, le Pls( Un parti qu’il avait créé), fusionne avec le Pds et Ngom redevient membre du gouvernement, au poste de ministre du Commerce en juillet 2004, puis de l’Intérieur en novembre de la même année, en remplacement de Cheikh Sadibou Fall. Son passage à la tête du ministère de l’intérieur sera marquée par les violentes manifestations qui ont fait plusieurs morts à la veille de la présidentielle de 2012.

Cherche-t-il à échapper à la traque des biens mal acquis, cette épée de Damoclès?

Cité dans l’affaire de la fameuse traque des biens mal acquis lancée dès l’arrivée de Macky Sall, Ngom n’échappera pas aux éléments de la Brigade d’intervention polyvalente (BIP). Ces derniers le cueillirent manu militari le mercredi 20 juin 2012 dans un hôtel de Kolda, alors qu’il prenait son petit déjeuner. L’avocat téméraire fera face à un adversaire bien plus teigneux. Certaines personnes agitaient l’idée selon laquelle, Ngom était en train de négocier en coulisses, un remboursement, pour éviter la prison. Dans une sortie, le Premier ministre Aminata Touré soutenait que certains dignitaires de l’ancien régime ont commencé à retourner une partie de leur «butin». Ce qui a laissé planer des soupçons sur le silence dans lequel s’était retranché Ousmane Ngom depuis lors.

Une démission de l’assemblée par «principe» ou dans l’espoir d’avoir mieux?

Déjà, de nombreux observateurs avaient détecté les signes annonciateurs de la transhumance de Me Ousmane Ngom comme en attestait son effacement lorsque ses camarades luttaient pour la liberté de Karim Wade. Aujourd’hui, les choses sont claires et le nouvel «ami» de Macky assume son choix, le choix du camp du pouvoir comme il l’a toujours fait. «J’ai décidé ouvertement de soutenir Macky Sall dans sa politique de faire fonctionner le Sénégal et viser l’émergence, mais je suis toujours libéral de souche et j’appartiens, jusqu’à présent, au Pds», déclarait Ngom à la suite de sa démission de l’assemblée. Avait-t-il renoncé à son poste de député par «principe» ou sera-t-il le futur ministre de l’intérieur de Macky? L’avenir nous édifiera. ..