Me El Hadj Diouf accuse l’ASECNA d’être à l’origine du scandale foncier de l’aéroport de Dakar

Me El Hadj Diouf qui a débarqué hier d’urgence sur le site de l’aéroport où les Bulldozers poursuivaient la démolition des maisons, est du même avis que le maire de Yoff. «Le mur dressé par l’aéroport de Dakar-Yoff pour la sécurité aéroportuaire a été déplacé afin de récupérer quelques parcelles. C’est un délit qu’il faut sanctionner. Le Gouvernement doit rechercher, arrêter et punir ceux qui ont enlevé le mur pour progresser vers la piste de l’aéroport», a-t-il souligné. Avant d’accuser nommément des éléments de l’Asecna qui, dit-il, sont à l’origine de ce scandale foncier. Toutefois, Me El Hadj Diouf, avocat du collectif des propriétaires de maisons démolies près du mur de l’aéroport de Dakar, milite pour un règlement à l’amiable du dossier. Aussi, multiplie-t-il ses rencontres avec les autorités étatiques pour une issue heureuse. «J’ai appelé le Gouverneur, j’ai été voir le ministre Abdoulaye Diouf Sarr, le Premier ministre, j’ai demandé une audience au chef de l’Etat», renseigne Me Diouf, ajoutant qu’avant de parler de plainte, il faut parler de négociation, un mauvais arrangement valant mieux qu’un bon procès. A l’en croire, «il y a de gros bonnets qui ont bénéficié de terrains de plusieurs m2, voire des ha, mais qui les ont régularisés par la suite. Ces Sénégalais-là, n’ont-ils pas le droit d’avoir des terrains et de les régulariser par le même Etat, se demande-t-il. Il faut que l’Etat soit un Etat tolérant. L’Etat est l’état de tous les Sénégalais et tous les Sénégalais doivent être protégés».