Me Aïssata Tall Sall parle de l’Affaire Thione Seck…Elle demande au président Macky Sall de…

Les déboires judiciaires du chanteur Thione Seck ne laissent pas indifférente la mairesse de Podor. A Guédiawaye, hier, pour soutenir l’artiste Adama Sy dit « Double cerveau », qui présentait son nouvel album « Sac à maux », Me Aissata Tall Sall, priant pour que le lead vocal du Raam-Daan recouvre la liberté, a lancé un cri du cœur au chef de l’Etat Macky Sall pour qu’il soutienne les artistes sénégalais. Elle a rappelé, avec nostalgie, l’importance qu’accordait le Président-poète aux artistes et à la culture en général.
« Entre l’avocat et son client, il y a, à la base, fondamentalement, un contrat indissoluble qui s’appelle le contrat de confiance. Les avocats qui défendent Thione Seck sont d’éminents confrères. Je les connais et je les respecte. La seule chose que je souhaite, c’est qu’il recouvre la liberté et que nous puissions retrouver l’artiste Thione et son art », a dit Me Aissata Tall Sall à La Tribune. L’édile de Podor a saisi l’occasion pour plaider la cause des artistes. « J’aurai bien aimé que le président de la République soutienne davantage les artistes », a dit la député socialiste qui révèle être un grand disciple du premier Président, l’homme de culture, Senghor, car croyant en ses idées et projets. « Senghor était un homme d’une dimension exceptionnelle. C’était sa dimension culturelle qui le rendait exceptionnel car il disait toujours que l’art est au début et à la fin du développement. Je pense que le Sénégal doit retrouver cela (…). Le Sénégal a été toujours un pays de culture », a-t-elle indiqué. Aussi, l’avocate demande-t-elle un peu plus de moyens pour permettre à la culture sénégalaise de retrouver ce passé glorieux comme elle l’avait connu du temps de Senghor. « Ce ne sont pas les hommes qui manquent ni les idées, peut-être même pas la volonté politique qui manque… Mais nous demandons un peu plus de moyens au Président Macky Sall. Le Sénégal doit retrouver son lustre d’antan sur le plan culturel », a plaidé Me Sall.

Gawlo