Mbaye Jacques Diop a exprimé un souhait de se faire remplacer…Les deux frondeurs du PPC font fausse route

L’information faisant état d’une décision du bureau politique du Parti pour le progrès et la citoyenneté (Ppc) de suspendre Mbaye Jacques Diop de la direction du secrétariat général dudit parti, n’émanerait que de deux personnes seulement. De l’avis d’ailleurs de Seydou Diouf, pressenti par le patron du Ppc pour le remplacer à la tête du parti, les frondeurs sont allés vite en besogne alors que qu’il ne s’agit-là que d’un souhait exprimé et devant être entériné par les instances du parti. Fustigeant la «méchanceté et la malfaisance» de ses camarades de parti, M. Diouf s’est dit honoré cependant par le choix porté sur sa personne, par Me Mbaye Jacques Diop.

«Je suis indigné par leur sortie, non pas parce qu’ils s’en prennent à moi. Ils s’en prennent à Mbaye Jacques Diop en réalité. Ils ne veulent pas que Seydou Diouf soit le secrétaire général du Ppc. Libre à eux ! Mais, cela ne doit pas être une occasion pour traiter Mbaye Jacques Diop de la sorte». Ce cri de cœur est de Seydou Diouf, membre du Parti pour le progrès et la citoyenneté (Ppc), pressenti par le secrétaire général, Mbaye Jacques Diop, pour lui succéder à la tête dudit parti. Joint au téléphone par la rédaction de Sud Quotidien hier, vendredi 15 mai, Seydou Diouf a exprimé toute son indignation suite à la démarche entreprise par certains de ses camarades de parti. A son avis, ce n’est qu’un souhait exprimé par son mentor et qui sera concrétisé à travers les instances du parti. Qui plus est, selon lui, Mbaye Jacques Diop avait donné un échéancier pour la fin du mois de juin, afin que le congrès puisse définir les orientations et la modernisation du parti.

Sud Quotidien