Massata Diack sauvé de l’extradition par le gouvernement du Sénégal…A juste raison !

Massata Diack peut circuler librement et dormir tranquillement au Sénégal, car il vient d’être épargné d’une extradition. Et c’est l’avis du chef du gouvernement.
Le Premier ministre, Mohamed Boun Abdallah Dionne a lâché le morceau, hier, sur l’affaire Lamine Diack cité dans une affaire de corruption à la Fédération internationale d’athlétisme ainsi que son fils Pape Massata Diack. « Il est vrai que notre pays a des conventions avec la France sur le plan judiciaire. Mais un État qui se respecte n’extrade pas ses compatriotes et le Sénégal n’extradera personne. Il y a une convention judiciaire entre le Sénégal et la France, et nous sommes prêts à la respecter. Mais, dans le droit international, il n’y a pas de cas encore prouvé, qu’un État qui se respecte ou un État tout court, puisse extrader ses propres citoyens. Donc, nous n’extraderons jamais un Sénégalais vers ces pays-là », tranche le Premier ministre avec fermeté. », a rassuré Dionne, sur un ton corrosif et très incisif.

1 Comment

  1. Les légionnaires habituent les africains à leurs nouvelles gymnastiques langagières. Le mot d’ordre actuel semble être le refus d’extrader des nationaux. c’est ce que Ouattara a inauguré en Côte d’Ivoire. Ce qui a permis, pour le moment, d’assurer au légionnaire Compaoré (nouvelle nationalité ivoirienne) de ne pas être extradé vers le Burkina. Et du coup, on se demande si Gbagbo était ivoirien, si durant tout son règne il n’avait pas oublié de chercher à avoir la nationalité ivoirienne.
    Le Sénégal semble vouloir user du même subterfuge. C’est vrai que laisser Massata entre des mains d’experts en enquête peut coûter cher au Sénégal du moment qu’il détient des noms qu’il doit absolument taire jusqu’à la tombe. Mais alors, dans de pareils cas, qui se répètent, quelle est l’utilité des Interpol, mandat d’arrêt international, et autre commission rogatoire ?
    Peut être que, quand même, quand un rapatriement de fonds sera demandé, le Sénégal va s’exécuter ? On se souvient que dans le dossier de diabolisation de l’opposition de Macky, le pouvoir sénégalais avait bien fanfaronner avec le soutien de toutes les institutions du monde, parce qu’il s’agissait… d’enrichissement illicite. Apparemment le même pouvoir semble dire que l’argent du dopage n’est pas de l’enrichissement illicite, dés lors que la CREI (compétente ?) ne s’est pas auto saisie, et que Massata ne sera pas remis aux justices qui le réclament.

Les commentaires sont fermés.