Marème Faye descend dans l’arène politique…Elle s’expose…Et ne pourra pas avancer longtemps masquée…*

MAREME, PRESIDENTE DE L’APR…

Ce qui me plait le plus en MAREME, c’est son courage obstiné d’agir. Elle ne ménage pas ses efforts, cette dame, généreuse dans l’action, même si je déplore quelquefois son caractère fantasque et impétueux. Mais cela relève sans doute de sa naïve spontanéité.
Et c’est là tout le danger. A l’APR tout le monde sait que MACKY s’est créé son cercle d’amis et n’intervient, n’agit ni ne réagit. Peut-être que s’est-il fait une raison sur les capacités véritables des animateurs de son parti à l’accompagner politiquement, et techniquement.
Il est vrai qu’à l’APR le ridicule ne tue pas. Cette armée mexicaine est plus occupée à se glisser des peaux de banane qu’à massifier leur formation politique, au grand dam d’un MACKY harcelé par un calendrier politique serré, avec des perspectives sombres, pour la suite de sa carrière politique.
Et c’est là qu’intervient MAREME. Elle a décidé de se substituer à son époux de président, pour prendre en main la gestion politique des militants et autres grands porteurs de voix influents.
Aujourd’hui, sa main mise sur l’appareil politique et son influence certaine auprès de MACKY font d’elle la cible privilégiée de tous les courtisans incompétents qui veulent sauver leurs têtes, après avoir fait la preuve de leur impuissance à booster le secteur qui leur avait été confié, et après s’être échinés à se donner une existence politique à travers les médias.
Faire des courbettes chaque matin à MAREME ou lui servir de dame ou d’homme de compagnie est le seul fil auquel ces personnes s’accrochent, pour sauver leur biscuit.
Et ce sont ces mêmes gens qui obturent les chemins qui mènent à MACKY, et revendiquent une proximité qui n’existent que de nom avec lui, car ils sont dans les bonnes grâces de MAREME.
En politique, les bonnes intentions ne suffisent pas. MAREME devrait reconnaître la bonne graine de l’ivraie, et veiller scrupuleusement à ne pas devenir malgré elle l’artisan de la chute de MACKY. Et c’est ce qui risque d’arriver, si elle s’évertue à protéger des loosers uniquement préoccupés par leurs fromages, de véritables flatteurs qui vivent à ses dépens, car elle les écoute.
En décidant de s’investir politiquement, elle devrait recoller les morceaux avec tous ceux qui se sentent trahis par MACKY et qui auront joué un rôle quelconque dans sa carrière. Surtout que certains parmi ces hommes d’honneur étaient entrés dans son entourage grâce à elle.
Nous avons nos propres réalités intangibles en effet, et l’on dit fort à propos que si tu ne connais pas ce qui t’a élu, il sera la cause de ta disgrâce prochaine.
Simone GBAGBO était une femme leader qui a soutenu épaulé et accompagné son mari jusqu’à la magistrature suprême. La suite on la connaît. MME SOGLO est arrivée au pouvoir avec son époux, la suite on la connaît aussi : après un seul mandat, les béninois ne voulaient plus voir celui qu’ils avaient plébiscité en photo, à cause d’elle.
Il est donc bon d’avoir le courage d’agir, mais en politique la moindre erreur se paye cash.
Et en décidant de se substituer à MACKY et de prendre en main son action politique, MAREME s’expose à la face du landernau politique. Elle ne pourra pas avancer longtemps masquée. Surtout que beaucoup de dossiers judiciaires sont reliés à son nom parce qu’impliquant des acteurs à la proximité revendiquée avec elle.
Elle donne ainsi la preuve qu’elle a la haute main sur l’entourage de MACKY. Rien que pour cela, elle devrait veiller au respect du calendrier républicain, et à la pacification de l’espace politique. Sinon, elle sera le premier réceptacle du ressentiment envers MACKY, et une porte d’entrée pour l’atteindre infailliblement.
A-t-elle pesé lucidement toutes les conséquences de son intervention au sein de l’APR ? Est-elle suffisamment forte pour écarter de la gestion des affaires tous les laudateurs qui lui doivent leur survie professionnelle, et leur existence artificielle au plan politique ?
C’est la grande question se poser !
Elle est attendue. De pied ferme.

Cissé Kane NDAO
Président de l’A.DE.R

* Titre extrait du texte